Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Situation nationale, l’opposition s’en lave les mains et pourtant !

01/02/2019
00:00

«Comme l’Opposition politique l’a annoncé à plusieurs reprises, le Président Roch KABORE n’a jamais pris l’initiative de concerter l’Opposition politique, ni son Chef de file, sur la situation de notre pays. A ce jour, les seuls sujets sur lesquels le Président du Faso a requis l’opinion de l’Opposition politique sont : la question de la nouvelle constitution, le Code électoral et le vote des Burkinabè de l’étranger.

Cette précision et importante, pour situer les responsabilités, et battre en brèche les procès d’intention faits à l’encontre de l’Opposition politique présentée par les tenants du pouvoir comme hostile à l’union sacrée face au terrorisme.
La Constitution n’oblige pas le Chef de l’Etat à concerter l’Opposition ou son chef de file. Elle le lui recommande tout simplement. Le Président du Faso est donc libre de son choix. Et l’opposition politique ne revendique pas cette concertation.

De toute façon, l’Opposition part du principe que si le Président KABORE ne la consulte pas, c’est qu’il n’a pas besoin» de ses conseils et avis pour sortir notre pays de l’ornière. C’est son droit, car c’est lui que les Burkinabè ont élu. Notre seul devoir, c’est de souhaiter qu’il réussisse, puisqu’il s’agit de notre patrie commune. Mais nous ne sommes demandeurs de rien ». Extrait du compte rendu de la rencontre du cadre de concertation de l’opposition politique tenue le 30 janvier 2019 à Ouagadougou. Comme on peut le constater, face à la situation sociopolitique nationale, l’opposition s’en lave les mains. Laissant au président Roch Marc Christian Kaboré, son parti et ses alliés la responsabilité de ce que vivent les Burkinabé en ce moment.

En effet, on peut bien comprendre l’opposition politique burkinabé qui, véritablement, a laissé travailler le régime Kaboré. Pendant trois années, elle a organisé une seule manifestation politique pour dénoncer la gouvernance du pouvoir MPP. En plus naturellement des rencontres politiques normales qu’elle organise ou que certains partis politiques membres organisent.

Roch a donc eu tout le temps pour prouver aux Burkinabé qu’il peut ou qu’il ne peut pas. Et pour l’opposition, les faits sont là, têtus! Elle prend pour preuve l’insécurité qui, chacun jour, gagne du terrain; elle prend pour preuve, les plaintes récurrentes des Burkinabé de leurs conditions de vie; ils en veulent aussi pour preuves les grèves et autres revendications des agents de la fonction publique et même du privé.

Et pourtant, l’opposition politique qui aspire à diriger le pays est en partie responsable de ce qui arrive aux Burkinabé. Evidemment, en tant qu’opposition républicaine (comme elle le revendique) il n’est pas de son rôle d’obliger un pouvoir élu à faire ceci ou cela. Mais, il est de son rôle de l’obliger à changer de cap car, si le Burkina tombe dans le chaos, elle non plus ne sera pas épargnée. L’insécurité telle qu’elle est en ce moment ne fait pas de choix entre militants de l’opposition et de la majorité; la misère que vivent certains Burkinabé ne distingue pas l’opposition du pouvoir. A dire vrai, nous sommes tous responsables de ce qui nous arrive aujourd’hui. Sans doute à des degrés divers!

Dabaoué Audrianne KANI

 



17
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

La situation du pays vaut bien des larmes

L'émotion l'a emporté; Joseph Marie Christophe Dabiré, Premier ministre a versé des larmes alors qu'il s'adressait aux représentants de la nation à l'A...

19/02/2019

Bobo-Dioulasso, le laboratoire politique burkinabè

Kadré Désiré Ouédraogo, l'ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (B...

18/02/2019

Présidentielle 2020, le CDP risque de se faire « hara-kiri »

C'est à partir de Bobo-Dioulasso, ce samedi, que Kadré Désiré Ouédraogo va réagir, ou du moins, va accepter l'appel qui lui est fait par des militants,...

15/02/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:53:10