Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Recettes budgétaires et front social : Ça va chauffer !

08/02/2019
00:00

En sa séance du mercredi 6 février 2019, le Conseil des ministres a adopté «un rapport relatif à la situation d’exécution du budget et de la trésorerie de l’Etat, exercice 2018 au 30 septembre». Et ce qu’on peut lire entre les lignes doit donner le tournis au nouveau Premier ministre Christophe Dabiré et à son gouvernement. En effet, il ressort du compte-rendu de cette session que les prévisions budgétaires pour l’année 2018 étaient initialement de 2 018,15 milliards de F CFA en recettes et 2 441,32 milliards de F CFA en dépenses. Ces prévisions seront revues à la baisse avec la loi de finances rectificative, «à 1 795,92 milliards de F CFA pour les recettes et à 2 191,93 milliards de F CFA pour les dépenses». Comme l’on peut le constater, les prévisions en recettes ont drastiquement fondu comme beurre au soleil. Au 30 septembre 2018, 1 243,19 milliards de F CFA sont tombés dans la poche de l’Etat qui a dépensé 1 469,85 milliards de F CFA à la même date. Soit «des taux d’exécution globaux respectifs de 61,60% et de 60,21% par rapport aux prévisions initiales».

Même si ce niveau de mobilisation des recettes est à encourager, «l’arbre ne doit pas cacher la forêt». Il faudra en faire davantage afin de répondre aux nombreuses attentes des Burkinabè. Pour plus de diligence dans le traitement des dossiers devant nos cours et tribunaux, il faudra augmenter leurs moyens logistiques et matériels. Est-il encore nécessaire de rappeler la situation sécuritaire du pays qui exige une dotation forte des Forces de défense et de sécurité (FDS). Le matériel et équipements militaires, ce n’est pas donné!

Du côté des fonctionnaires, le front social ne s’annonce pas de tout repos pour l’Exécutif burkinabè. Même si les enseignants ont suspendu leur mot d’ordre de grève, ils n’ont pas renoncé pour autant à leurs revendications. Les financiers eux aussi, veulent qu’on trouve solutions à leurs engagements financiers auprès des banques. Engagements qu’ils peinent à satisfaire du fait du plafonnement de leur fonds commun. Ils ont le soutien du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, qui l’a exprimé à l’occasion de la loi de finances 2019.

Du fait de la fuite en avant de son prédécesseur, avec les multiples accords secrets en accord avec les syndicats et non-tenus, le Premier ministre Christophe Dabiré a du souci à se faire. Ne dit-on pas que «l’Etat est une continuité?!»

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr



7
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

La situation du pays vaut bien des larmes

L'émotion l'a emporté; Joseph Marie Christophe Dabiré, Premier ministre a versé des larmes alors qu'il s'adressait aux représentants de la nation à l'A...

19/02/2019

Bobo-Dioulasso, le laboratoire politique burkinabè

Kadré Désiré Ouédraogo, l'ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (B...

18/02/2019

Présidentielle 2020, le CDP risque de se faire « hara-kiri »

C'est à partir de Bobo-Dioulasso, ce samedi, que Kadré Désiré Ouédraogo va réagir, ou du moins, va accepter l'appel qui lui est fait par des militants,...

15/02/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:52:52