Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


« Allez porter plainte auprès du parquet pour vol et complicité de vol…»

08/02/2019
00:00

«Notre projet a été volé avec la complicité du maire», a dit Judicaël Traoré, à la Une de L’Observateur Paalga, hier jeudi 7 février 2019. On a tout de suite envie de dire que tout comme les terroristes qui sont avec nous, les ennemis de Bobo sont ici à Bobo-Dioulasso! Dans la presse, toutes les rédactions savent que lorsque vous avez un sujet à traiter, il faut y aller vite parce que, dans d’autres rédactions, le même sujet peut être discuté. Autrement dit, quand on a une idée, il faut savoir que quelqu’un d’autre a certainement et quelque part la même idée. Nul n’a le monopole des idées!

En réaction à cette déclaration, le maire de la commune a tout simplement demandé sur la page Facebook de la commune aux intéressés, «d’aller porter plainte auprès du parquet pour vol et complicité de vol de leur projet». Il a en outre, demandé aux membres du comité de réhabilitation de l’hôtel de «ne pas céder à ce genre de provocations». Puis, Bourahima Sanou, a «réitéréaux Bobolais et aux amis de Bobo que toute bonne initiative pour la construction et le développement de la cité sera toujours la bienvenue». Comme quoi, à Bobo-Dioulasso, on continue de se bagarrer sur les projets, les idées et non sur le terrain avec des actions concrètes de développement. Dommage pour ces gens qui veulent continuer à tirer cette ville vers le bas! Heureusement que plus personne n’est dupe.

En effet, la polémique actuelle autour du «projet» de réhabilitation de l’hôtel de ville est si pernicieuse et irresponsable qu’elle donne raison à ceux qui disent que ce sont les pyromanes qui reviennent sur les traces de leur crime par des voies détournées. Autrement dit, après avoir mis le feu au bâtiment, ils escomptaient certainement en tirer des dividendes avec «leur projet». Et cette opération de collecte de fonds pouvait en être certainement l’occasion. Cette polémique donne aussi raison à ceux qui pensent qu’on aurait dû demander aux mêmes «pyromanes» de réhabiliter l’hôtel de ville parce que ce sont eux qui l’ont incendié. Au lieu donc de se taire, ce sont eux qui, honteusement, se rependent dans les colonnes des organes de presse pour exiger la paternité d’un projet qui n’aurait pas dû exister si ces mêmes gens n’avaient pas mis le feu.

Le milliard de F CFA que la commune consent cette année 2019 pour la réhabilitation de l’hôtel de ville pouvait servir à réaliser des actions de développement. Les 400 millions de F CFA de contributions de bonnes volontés pouvaient servir à autre chose si ces pyromanes n’avaient pas mis le feu au bâtiment. On ne croyait pas que certains membres du Balai citoyen n’avaient pas si honte pour faire des déclarations de ce genre au moment où des gens se saignent pour réparer ce qu’ils ont contribué à gâter. A moins que l’objectif ne soit de saboter ce projet! Aussi, c’est l’occasion pour les citoyens qui aiment cette ville de Bobo-Dioulasso de se dresser contre les ennemis de leur ville. Trop c’est trop!

Dabaoué Audrianne KANI



29
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ainsi, ils sont allés en grève pour deux jours

Jusqu'à la dernière minute, on croyait que le gouvernement allait trouver solutions aux préoccupations du Syndicat national des travailleurs de la sant...

18/04/2019

Blaise à Roch, la réconciliation est bien possible

C'est Jeune Afrique qui a donné l'information; immédiatement reprise par les réseaux sociaux. Blaise Compaoré aurait écrit à Roch Marc Christian Kaboré...

17/04/2019

Filière cotonnière, maintenant allons au champ

Les bonnes nouvelles qu'on attendait du côté de l'Association interprofessionnelle de coton du Burkina (AICB) sont tombées. Le prix du kilogramme du co...

16/04/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:30:11