Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Attention, les CDR sont de retour au Burkina !

11/02/2019
00:00

Les Comités de défense de la République (CDR), (on a tout simplement remplacé Révolution par République puisque le contexte n’est plus le même) sont officiellement nés au Burkina Faso. À en croire les géniteurs, ce sont des groupes d’autodéfense dont les objectifs sont entre autres, de défendre la République aux côtés des autres groupes d’autodéfense. Tels que les Koglwéogos dont les exactions sont connues de tous et dénoncées au-delà de nos frontières par des organisations de défense des droits de l’Homme. Ces CDR, comme certains peuvent le constater rappellent étrangement ces autres CDR sous la Révolution démocratique et populaire dont les exactions étaient toutes aussi décriées par les populations.

Dans le contexte d’insécurité actuel du Burkina, nul ne peut empêcher des populations de s’organiser pour défendre leur sécurité et le territoire national. Mais, tout cela doit se faire en conformité avec la loi. Surtout que ces CDR entendent se répartir sur l’ensemble du territoire national. Au moment où l’installation des Koglwéogos dans les mêmes régions a créé autant de difficultés, voire des affrontements et même des morts d’hommes. Aussi, il est tout à fait légitime qu’une fois de plus, des Burkinabè s’inquiètent de la création de ces CDR et surtout de leur projet de s’installer partout dans le pays.

Par contre, l’installation des CDR peut constituer une bonne initiative similaire si toutefois ils se démarquent des Koglwéogos et de leurs comportements belliqueux et optent pour des méthodes véritablement républicaines comme l’indique leur appellation. Ils peuvent être utiles et réussir leur mission de sécurisation s’ils entretiennent de bonnes relations de travail avec les forces de défense et de sécurité. Ils peuvent enfin être utiles s’ils prennent en compte le contexte sociologique de chaque région, de chaque peuple et même de chaque village avant de s’organiser et de s’installer. Car tout le monde est unanime reconnaître qu’il faut que les populations accompagnent les forces de défense et de sécurité dans la lutte qu’elles livrent en ce moment contre les terroristes et les grands bandits. Toutes les initiatives sont donc les bienvenues. Mais à conditions d’éviter les dérapages car, le vivre-ensemble est si mis à mal en ce moment au Burkina qu’il faut faire très attention!

Denis Dafranius SANOU

 



6
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

La situation du pays vaut bien des larmes

L'émotion l'a emporté; Joseph Marie Christophe Dabiré, Premier ministre a versé des larmes alors qu'il s'adressait aux représentants de la nation à l'A...

19/02/2019

Bobo-Dioulasso, le laboratoire politique burkinabè

Kadré Désiré Ouédraogo, l'ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (B...

18/02/2019

Présidentielle 2020, le CDP risque de se faire « hara-kiri »

C'est à partir de Bobo-Dioulasso, ce samedi, que Kadré Désiré Ouédraogo va réagir, ou du moins, va accepter l'appel qui lui est fait par des militants,...

15/02/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:51:03