Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Union pour le Progrès et le Changement : La section du Houet resserre les rangs

11/02/2019
00:00

Le dimanche 10 février 2019, les militants de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), section provinciale du Houet, se sont retrouvés au siège local du parti. A l’ordre du jour, se présenter des vœux du nouvel an 2019, aider des camarades démunis et se réengager pour les différentes épreuves politiques et le mieux être des populations.

Présidée par les députés Amadou Sanou et Moussa Zerbo, la rencontre du jour était une occasion pour traduire la solidarité entre les militants de base et des responsables du parti au niveau de la province. Avant de rentrer dans le vif du sujet, l’assemblée, après l’hymne du parti, a observé une minute de silence en mémoire des victimes des attaques terroristes. Le député Amadou Sanou, introduisant l’ordre du jour, a souhaité la bienvenue à tous ceux qui ont répondu à l’appel du parti à cette occasion. Les différentes présences selon lui, «constituent la preuve de la vivacité du parti au niveau de la province». Sur ce, il a laissé la parole à son collègue député, Moussa Zerbo. Saluant les uns et les autres pour leurs apports, afin que la présente rencontre puisse se tenir, le député Zerbo a rassuré les militants de la présence effective du parti du Lion dans le Houet. «Contrairement à ce que pensent ou disent certaines personnes, l’UPC est bien présente dans cette province. Jamais le parti ne mourra, tant qu’il y aura des «Diarra moussow»; ou bien?». Il est acclamé, pour réponse à ses propos. La situation nationale, particulièrement la crise sécuritaire, a retenu l’attention du député Moussa Zerbo. Aussi, a-t-il invité les militants à rester vigilants, pour que l’UPC puisse aller de l’avant afin de faire preuve de bonne gouvernance une fois au pouvoir. Il a aussi souhaité, qu’il y ait la cohésion, non pas seulement entre les militants de l’UPC, mais entre l’ensemble des filles et fils du pays. Car dit, «Tant qu’il n’y a pas de paix, aucun parti politique ne pourra parler d’élection». Avant de se partager un repas communautaire, des vivres (maïs et riz), d’une valeur d’un million et demi, ont été symboliquement remis aux représentants des départements de la province et à ceux des sept arrondissements de la commune de Bobo.

UPC et la lutte contre le terrorisme

«Depuis les premières attaques terroristes, notre parti, l’UPC a toujours travaillé pour que cette crise sécuritaire soit solutionnée. Les députés que nous sommes, avons consacré des journées, pour faire des propositions, pour qu’on puisse les prendre en compte, afin de pouvoir lutter efficacement contre l’insécurité grandissante. Si vous avez suivi l’évolution des choses, c’est le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), qui a été le premier à faire un appel pour la mobilisation de fonds, pour venir en aide, aux FDS. Aujourd’hui, que quelqu’un dise que l’opposition n’apporte pas grande chose, ce serait malhonnête en ce sens que, financièrement, nos messages que nous véhiculons tous les jours démontrent que nous sommes toujours solidaires de nos FDS, et de nos populations qui subissent les conséquences néfastes des attaques. L’opposition a toujours été à l’avant-garde, pour interpeller et venir en aide aux FDS dans cette lutte contre le terrorisme. Nous avons été les premiers, à dire, qu’il faut mettre les hommes qu’il faut aux places idoines. On pourrait dire que, maintenant, le gouvernement a accédé à cette demande. Je tiens à dire aussi que nous avons été les premiers à parler d’état d’urgence. Finalement, ils en sont venus à l’état d’urgence, mais après combien de morts? Nous sommes une opposition républicaine; c’est dire une opposition consciente de la gravité de la situation du pays.

Souro DAO



7
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

La situation du pays vaut bien des larmes

L'émotion l'a emporté; Joseph Marie Christophe Dabiré, Premier ministre a versé des larmes alors qu'il s'adressait aux représentants de la nation à l'A...

19/02/2019

Bobo-Dioulasso, le laboratoire politique burkinabè

Kadré Désiré Ouédraogo, l'ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (B...

18/02/2019

Présidentielle 2020, le CDP risque de se faire « hara-kiri »

C'est à partir de Bobo-Dioulasso, ce samedi, que Kadré Désiré Ouédraogo va réagir, ou du moins, va accepter l'appel qui lui est fait par des militants,...

15/02/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:23:12