Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Décidément, les Burkinabè ont encore politisé le 8-Mars

11/03/2019
00:00

Il est presque désormais établi que tout ce que les Burkinabè font est teinté de couleurs politiques, pour ne pas dire politiciennes. L’opposition a crié à la politisation du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). On a aussi crié à la politisation de la statue de Thomas Sankara, même si celle-ci ou celui qu’elle représente n’a jamais fait l’unanimité. Alors qu’on n’a pas fini avec ces deux cas, c’est le 8-Mars qui a été lui aussi politisé. D’abord, à travers le pagne. Encore lui, ce pagne, est-on tenté de dire ! Car, à chaque célébration du 8-Mars, il fait parler de lui. En bien comme en mal. Certainement c’est parce que c’est une journée de la femme ! Cette année donc, ce pagne est arrivé avec ses couleurs, ses motifs, ses qualités, pour les uns et pour les autres. Ce qui a laissé cours à de nombreuses interprétations. Pour les uns, le parti au pouvoir a fait confectionner des pagnes à ses couleurs. Ce qui peut ne pas être faux car, les couleurs telles qu’elles ont été unanimes pour les demi-boubous, les pantalons, les camisoles, les longues et petites jupes et même les foulards de personnes du parti au pouvoir n’ont pas laissé indifférent. Surtout quand ces couleurs sont celles du parti de Roch Marc Christian Kaboré, pourtant président de tous les Burkinabè, de toutes les femmes qui célébraient leurs droits ce 8-Mars 2019. Pourra-t-on en vouloir à un parti politique, à une Organisation de la société civile si elle confectionne des pagnes aux couleurs de son parti? Si ce n’est pas une erreur, ça y ressemble car il faut s’attendre à tout au prochain 8-Mars. L’essentiel n’est-il pas de garder le thème ? Qui aura ainsi créé ce désordre ?

Ensuite, le deuxième cas le plus patent, est que dans certaines localités la célébration n’a pas pu se tenir parce que chacun a voulu que ce soit lui à défaut son homme...politique qui soit devant. Finalement, c’est en différé (si ça aura encore lieu) que les femmes de certaines localités célébreront leurs luttes. Ces innocentes femmes, qu’ont-elles à voir avec vos bagarres et vos positionnements politiques ? Les femmes, en tous cas les vraies qui sont à la recherche de leur bien-être et de celui de leurs familles, s’en foutent que ce soit un tel ou un tel autre qui soit parrain, président ou patron de la célébration du 8-Mars chez elles. Ce qu’elles attendent de tous, et surtout de ces hommes politiques, est qu’on leur crée les conditions pour leur permettre de participer au développement de leur pays. Point barre!

Pour le reste, il n’y a pas lieu de se précipiter. Elles savent bien ce qu’elles veulent, elles savent qui travaillent franchement pour elles et qui rusent avec elles. Elles sauront donc, en temps opportun, faire leur choix. Le bon.

Dabaoué Audrianne KANI

 



12
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Etalons ne seront pas au rendez-vous de la CAN Égypte 2019

Les derniers matchs des éliminatoires de la CAN Égypte 2019, ont été disputés ce week-end. Les Etalons du Burkina Faso ont vu l'Angola leur ravir le de...

25/03/2019

Le « Chat noir du Nayala » à la chasse des « souris » dans le gouvernement

Au moins, Emile Paré est constant avec lui-même et avec ses manières de faire et de penser. Dès le début de la gouvernance de Roch Marc Christian Kabor...

22/03/2019

Décidément, les terroristes ne lâchent pas prise !

Deux enseignants enlevés et tués. Un curé enlevé sans nouvelles. Des soldats tués après que leur véhicule ait sauté sur une mine. Deux individus retrou...

21/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:18:35