Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Activité d’orpaillage ou recherche de legs à Siwèra/Gbomblora : Une quarantaine de FDS lourdement armées, 11 véhicules à 4e du matin

12/03/2019
00:00

Les habitants du village de Siwèra dans la commune de Gbomblora, province du Poni région du Sud-ouest, ont été réveillés à 04h du matin, ce mercredi 06 mars par des bruits d’engins motorisés. Obligés donc de se réveiller suite à l’alerte de certains riverains, grande était leur surprise de constater que l’autel sacré du village était pris pour cible. Les raisons:

 

C’est une descente très musclée de plus de quarante Forces de défense et de sécurité composées, de la gendarmerie nationale, de la compagnie républicaine de sécurité et de militaires bien équipés. En plus des onze véhicules à bord desquels ils étaient, il y avait deux chars de combat. Au rang des civils présents sur les lieux, figurent, une équipe de géologues et d’autres techniciens des mines et des carrières. Mais, la population de Siwèra a réussi à repousser tout ce beau monde au rythme des tam-tams et des cris d’alarme et de guerre d’initiation en pays Lobi qu’est le « Djôrô ». A la question de savoir si le préfet était informé de ce qui se passe dans le village de Siwèra, TOU Djibril, puisque c’est de lui qu’il s’agit, nous dit ceci : « j’ai reçu une correspondance émanant du chef de canton de Gaoua en la personne de Yari Oussé, qui souhaitait se rendre dans ledit village pour prendre un legs qui lui a été laissé par ses parents comme héritage depuis 1959». Nous sommes parvenus à entrer en possession de ladite correspondance qui, en réalité, a été adressée au maire de la commune de Gbomblora avec ampliations au gouverneur, au Haut-commissaire et au préfet. La teneur de la correspondance dit ceci : «j’ai l’honneur d’adresser la présente requête pour d’abord vous informer que j’envisage me rendre au village de Siwèra relevant de votre circonscription pour prendre un legs qui m’a été laissé sur le plan coutumier en héritage depuis 1959 à un endroit du village. Après de longs moments passés, c’est maintenant que la décision a été prise et on doit s’y rendre pour chercher le trésor, accompagné des agents de sécurité que je demanderai à cet effet, afin de me prémunir contre toutes interpositions visant à nuire. Je précise que le legs en question se trouve dans un canari enfoui au sol dans les ruines des Soukalas inexistants. C’est dire que je me servirais sans doute des moyens de détection moderne, techniques actuelles utilisées déjà pour l’orpaillage».

Est-ce le maire, Urbain Sansan Kambou, qui a donné son accord pour cette opération? Sans équivoque celui-ci répond: « Dès que j’ai eu cette correspondance, j’ai d’abord cherché à vérifier si la population de Siwèra a été consultée par le chef de canton de Gaoua. Ce qui n’était pas le cas. Pendant que je cherchais des preuves afin de répondre à ladite correspondance, j’ai été convié à une rencontre présidée par le gouverneur de la région du Sud-ouest. L’objectif de cette rencontre était de parfaire le mode de fouille du legs dont il est question. J’ai donc donné ma vision avant de quitter la salle immédiatement. Après, le chef de canton m’a dit que c’est moi qui bloque les choses et que si je ne peux pas gérer la commune, de démissionner. Finalement, j’ai répondu à la correspondance qui m’a été adressée par le chef de canton de Gaoua avec ampliations au Gouvernorat, au Conseil régional, au Haut-commissariat, à l’AMBF/Gaoua, à la Préfecture et à la Gendarmerie de Gbomblora ».

Voici donc le contenu de la réponse du maire : «Monsieur Yari Oussé; chef de canton de Gaoua; par la présente je voudrais relever : le manque de précision sur la nature de l’héritage, l’identité du donateur ainsi que des témoins; l’absence d’accord signé entre vous et les autorités coutumières et religieuses du village de Siwèra. Tenant compte du caractère particulièrement coutumier et religieux de cette opération, je voudrais vous inviter à considérer les observations ci-dessus énumérées en vue de prévenir toute incompréhension pouvant entrainer le trouble à l’ordre public ».

Le maire se dit surpris et profondément étonné d’apprendre ce matin (ndrl: le 6 mars) que le village a été encerclé par des hommes armés. A l’issue de ces entretiens, nous nous sommes rendus sur les lieux.

Sur le site sacré en question, nous avons aperçu des traces de sang. Est-ce un animal qui a été immolé ? Difficile de répondre à cette question. Par contre, nous avons vu un bélier et une brebis attachés ainsi qu’un coq blanc jeté sur le site sacré. Chose étonnante, nous avons aperçu un peu partout sur le site, des trous creusés. Par qui, nous ne saurons non plus répondre. Est-ce à la recherche du trésor en question ou une activité d’orpaillage ?

Aux dires de Kodjo Hien, habitant de Siwèra, le site en question est un lieu hautement sacré. Ce lieu sacré contient un lingot d’or sacré que leurs ancêtres ont protégé depuis la création du village jusqu'à ce jour. Les jeunes du village pratiquent l’activité d’orpaillage, mais jamais personne n’ose se rendre dans ce site pour une quelconque activité d’orpaillage. Il ya quelques années, à l’en croire, un monsieur s’était rendu dans le village et avec la complicité de certaines personnes, ils ont mené une activité à quelques encablures du site sacré en question. De nos jours, tous ceux qui étaient complices sont tous décédés et la population a eu à faire d’énormes sacrifices pour réparer cette offense.

Dans la soirée du 6 mars, trois policiers de la sûreté, qui se sont rendus dans ledit village en tenues civiles ont été arrêtés par la population. Les armes et les portables de ces agents ont été saisis et confisqués. Grâce à la médiation de la gendarmerie et de la CRS, les trois policiers ont été libérés sains et saufs. Affaire à suivre.

WARHANTE HIEN

Correspondant à Gaoua



7
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Etalons ne seront pas au rendez-vous de la CAN Égypte 2019

Les derniers matchs des éliminatoires de la CAN Égypte 2019, ont été disputés ce week-end. Les Etalons du Burkina Faso ont vu l'Angola leur ravir le de...

25/03/2019

Le « Chat noir du Nayala » à la chasse des « souris » dans le gouvernement

Au moins, Emile Paré est constant avec lui-même et avec ses manières de faire et de penser. Dès le début de la gouvernance de Roch Marc Christian Kabor...

22/03/2019

Décidément, les terroristes ne lâchent pas prise !

Deux enseignants enlevés et tués. Un curé enlevé sans nouvelles. Des soldats tués après que leur véhicule ait sauté sur une mine. Deux individus retrou...

21/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





13:56:40