Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


08 mars dans le Boulgou : « Pas du djandjoba, mais des réflexions »

12/03/2019
00:00

En prélude à la commémoration de la 162ejournée internationale de la femme, les femmes du Burkina Faso se sont regroupées à Tenkodogo, dans la province du Boulgou, ce jeudi 07 mars 2019, pour débattre des questions d’intérêt national au cours d’un panel. C’est donc sur le thème «contribution de la femme à l’édification d’un Burkina Faso de sécurité, de paix et de cohésion sociale» que les femmes se sont retrouvées, avec leur ministre de tutelle, Marie Laurence Ilboudo/Marshall.

Les femmes en réflexion ce 07 mars dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme. En lieu et place du «Djandjoba», c’est plutôt un «djandjoba de réflexions» qui a regroupé les femmes du Burkina Faso. Pour la ministre de la Femme, Marie Lawrence Ilboudo/Marshall, le «08 mars, ce n’est pas aller au maquis et revenir à 03h du matin» c’est aussi le questionnement sur les problèmes qui minent la société. En s’adressant aux femmes venues nombreuses, elle a situé le contexte d’insécurité socio-politique dans lequel se trouve le Burkina Faso à cause de la menace terroriste qui a motivé le choix du thème de cette 162e journée internationale de la femme au Burkina Faso. Les personnes les plus touchées par cette situation d’insécurité, ce sont les femmes, qui paient le plus lourd tribut et face à cette situation, il était plus que jamais nécessaire que les femmes elles-mêmes se prononcent. Ce panel s’inscrit donc dans l’objectif de «mobiliser et de fédérer les énergies pour réfléchir à la contribution de tous les acteurs, singulièrement de celle de la femme à la recherche de solutions adéquates et pérennes, face à la crise sécuritaire que traverse le pays» selon la ministre de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire. Trois thèmes ont fait office de communication à ce panel, dans une salle bruyante, à savoir: le rôle des femmes dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent au Burkina Faso, animé par Madame Edwige Ninon YaméogoSankara, Directrice Générale de l’autonomisation économique de la femme. Elle a axé sa communication sur la vulnérabilité des femmes en temps de conflits, en prenant l’exemple du nombre de femmes déplacées et veuves suite au conflit de Yirgou. Pour elle, la femme a une contribution très significative dans la prévention de l’extrémisme violent, car elle est la première à connaître les changements de comportement des enfants dans la famille; ensuite elle est en grande partie garante de l’éducation des enfants, d’autant que nous ne sommes plus dans le système traditionnel par lequel toute la société est responsable de l’éducation de l’enfant. Au niveau national, les femmes ne sont pas en reste, car elles s’organisent aussi en cellule de veille pour aider les FDS avec les renseignements recueillis dans les marchés et Yaar. La seconde communication a porté sur «la contribution de la femme à la sauvegarde et à la promotion de la paix et de la cohésion sociale au Burkina Faso», thèmes animés par Ouangrawa Victorien Narcisse, administrateur civil. Pour lui, les femmes ne sont pas assez représentatives dans les instances de décision. Pour que cela puisse se faire, il a exhorté les femmes à s’engager en politique, afin de bénéficier de postes nominatifs. Le troisième thème a été développé par un professionnel de la sécurité en la personne de Éric Dabiré, Commandant de la 31ecompagnie militaire de Tenkodogo, qui s’est intéressé à la forme de collaboration entre les FDS et les populations. Il a invité les populations, notamment les femmes, à signaler toutes personnes suspectes aux numéros verts de la police, le16, ou le 17 de la gendarmerie, ou encore le 1010. Ce panel a été modéré par madame le Ministre de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire. Elle a insisté auprès des femmes sur la nécessité de s’engager dans la coopération civilo-militaire afin de faire face à ce phénomène qu’est l’extrémisme violent. Dans son mot de conclusion, elle a surtout souligné que le «08 mars, ce n’est pas aller dans un bar et rentrer à 03h du matin». Elle a aussi rappelé aux femmes leurs responsabilités dans l’éducation des enfants afin que ces derniers soient de bons citoyens. En marge de ce panel, la ministre de la femme a visité le Centre d’Incubation Féminin en Entreprenariat Agricole (CIFEA), pour féliciter et encourager les femmes qui transforment les produits locaux et spécialisées dans la fabrication de biscuits de maïs, de manioc et de production de soumbala. Pour les femmes de la région du Centre-Est, ces activités leur ont permis de connaitre leur rôle dans la lutte contre le terrorisme et de discuter avec leur ministre de tutelle. Elles ont formulé des recommandations à cette occasion en demandant au ministère d’organiser ces types de rencontres régulièrement et surtout, de faire les communications en langues locales pour en permettre une meilleure compréhension et une plus large diffusion car la majorité des femmes présentes dans la salle ne comprenaient pas toujours les interventions des différents communicateurs.

Armel Kimbie SOULAMA



5
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Etalons ne seront pas au rendez-vous de la CAN Égypte 2019

Les derniers matchs des éliminatoires de la CAN Égypte 2019, ont été disputés ce week-end. Les Etalons du Burkina Faso ont vu l'Angola leur ravir le de...

25/03/2019

Le « Chat noir du Nayala » à la chasse des « souris » dans le gouvernement

Au moins, Emile Paré est constant avec lui-même et avec ses manières de faire et de penser. Dès le début de la gouvernance de Roch Marc Christian Kabor...

22/03/2019

Décidément, les terroristes ne lâchent pas prise !

Deux enseignants enlevés et tués. Un curé enlevé sans nouvelles. Des soldats tués après que leur véhicule ait sauté sur une mine. Deux individus retrou...

21/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





13:55:34