Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


08 mars à Dédougou : Un événement, deux commémorations !

12/03/2019
00:00

Comme partout dans les autres régions du pays, la journée internationale de la femme a été célébrée cette année dans la Boucle du Mouhoun. Bémol, la mobilisation n’était pas au rendez-vous. Mieux, l’on a eu droit à deux types de célébration.

A Dédougou, la commémoration du 08 mars 2019 a été marquée par une série d’allocutions et le traditionnel défilé des différentes organisations féminines de la région. De manière générale la fête se serait bien passée puisqu’aucun incident n’a été signalé à ce jour. Ce qui est à mettre à l’actif des autorités régionales et du comité régional qui ont mis les petits plats dans les grands pour relever ce défi qui s’imposait.

Mais visiblement, un petit grain de sel a manqué à l’événement. La mobilisation! Inutile de dire que la gente féminine a brillé par son absence à cette commémoration. Mieux, au moment où la cérémonie officielle se déroulait à la place des Martyrs de Dédougou, un groupe de femmes se réclamant de la société civile étaient réunies dans la salle de réunion de la mairie pour une conférence publique. Un évènement, deux types de commémoration, est-on tenté de dire. Un fait qui étale à suffisance les descensions qui existent entre les organisations féminines de la région. Certainement que la situation date mais au fil des années elle devient complexe et aujourd’hui, autant le dire tout net, le 08 mars a perdu de sa valeur dans le «Grenier du Burkina». Boycott ou pas, l’événement ne mobilise plus les femmes!

Pour Ramatou Yarro, leader d’organisation des femmes de la société civile, «la commémoration de la journée de femme s’est muée au fil des années en des meetings politiques; au lieu que l’évènement serve de cadre de réflexion sur les préoccupations réelles des femmes, on passe le temps à expliquer des programmes politiques». «Les femmes sont en train de prendre conscience qu’elles doivent prendre leur destin en mains», lance Madame Yarro. Dans tout les cas, les faits sont là et l’exemple de la Boucle du Mouhoun n’est pas un cas isolé. Il revient donc aux plus hautes autorités de repenser la commémoration du 08 mars question de lui donner tout son sens au lieu de demeurer dans ce folklore de défilés et de djandjoba qui intéresse de moins en moins les femmes.

Ousmane TRAORE



7
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Etalons ne seront pas au rendez-vous de la CAN Égypte 2019

Les derniers matchs des éliminatoires de la CAN Égypte 2019, ont été disputés ce week-end. Les Etalons du Burkina Faso ont vu l'Angola leur ravir le de...

25/03/2019

Le « Chat noir du Nayala » à la chasse des « souris » dans le gouvernement

Au moins, Emile Paré est constant avec lui-même et avec ses manières de faire et de penser. Dès le début de la gouvernance de Roch Marc Christian Kabor...

22/03/2019

Décidément, les terroristes ne lâchent pas prise !

Deux enseignants enlevés et tués. Un curé enlevé sans nouvelles. Des soldats tués après que leur véhicule ait sauté sur une mine. Deux individus retrou...

21/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:19:55