Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Relance durable du coton, vous dites bien !

12/03/2019
00:00

Les acteurs de la filière cotonnière ont trois jours pour parler de «relance durable de la production du coton au Burkina Faso». C’est à Ouagadougou que cela se passe. Dans la salle de conférences de Ouaga 2000. Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré a présidé la cérémonie d’ouverture. C’est dire toute l’importance qu’au plus haut niveau, on accorde à la filière cotonnière. Malheureusement, ce sentiment ne semble pas animer tous les acteurs. Qu’à cela ne tienne! Ils ont trois jours pour se dire toutes les vérités.

En effet, il est de plus en plus admis que ceux qui profitent beaucoup de la filière cotonnière ne sont pas ceux qui sont directement concernés. N’est-ce pas pour cela que certains affirment sans sourciller que même avec 150 000 tonnes de production par an, les salaires des agents seront assurés parce que les sociétés cotonnières ne tomberont pas en faillite. Mais qu’en sera-t-il des nombreux producteurs et ces plus de 4 millions de Burkinabè qui vivent directement ou indirectement de la production cotonnière?

L’atelier national sur la relance durable de la production cotonnière doit être l’occasion véritable au cours de laquelle les acteurs doivent se dire les vérités, toutes les vérités! Car, à l’analyse, chacun y a sa part de responsabilités. Une partie des producteurs a tendance à faire endosser toutes les difficultés de la filière cotonnière par les sociétés cotonnières. Il y a certes une part de vérité parce que, à priori, ce sont elles qui impriment la politique de production. Si ça va, ce sont elles; si ça ne va pas, ce sont toujours elles.

A la décharge des sociétés cotonnières, on peut dire que la production cotonnière ne date pas d’aujourd’hui. Tous ceux qui produisent le coton sont de vrais producteurs qui, pour certains, connaissent mieux les itinéraires techniques, mieux que des techniciens. Puisqu’ils ont la pratique du terrain que certains n’en ont pas. Qu’ont-ils réellement fait, individuellement et notamment au sein de leur faîtière qu’est l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina, pour redresser la barre pendant qu’il était temps? Sans doute beaucoup de choses, mais aussi, très peu de choses. «Quand on vit de quelque chose, on ne s’amuse pas avec!» , dit l’adage. Au cas contraire, on s’amuse avec sa propre vie. C’est ce que les producteurs du coton, dans leur grande majorité n’ont pas compris très tôt. Autrement dit, leur faîtière n’est pas suffisamment forte (divisée qu’elle est en des camps) pour faire face aux sociétés cotonnières. Du coup, on leur impose ce qu’on veut. C’est à prendre ou à laisser!

Il y a la responsabilité du gouvernement qui a toujours joué au sapeur-pompier (au lieu du médecin), pour sauver la filière, en bouchant les trous chaque fois qu’il y en a un. Malheureusement, cela n’a pas réussi à booster davantage la filière qui, depuis quelques années, va de mal en pis. L’occasion est donnée à chacun de faire des propositions pertinentes pour «relancer durablement la filière». Pour qu’au moins durant les quinze ou vingt ans, on n’ait pas à revenir sur les mêmes questions.

Dabaoué Audrianne KANI

 



11
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Etalons ne seront pas au rendez-vous de la CAN Égypte 2019

Les derniers matchs des éliminatoires de la CAN Égypte 2019, ont été disputés ce week-end. Les Etalons du Burkina Faso ont vu l'Angola leur ravir le de...

25/03/2019

Le « Chat noir du Nayala » à la chasse des « souris » dans le gouvernement

Au moins, Emile Paré est constant avec lui-même et avec ses manières de faire et de penser. Dès le début de la gouvernance de Roch Marc Christian Kabor...

22/03/2019

Décidément, les terroristes ne lâchent pas prise !

Deux enseignants enlevés et tués. Un curé enlevé sans nouvelles. Des soldats tués après que leur véhicule ait sauté sur une mine. Deux individus retrou...

21/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





13:58:01