Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


An II de la mandature de la Chambre de commerce : 2018 a vu 79,68% des activités du plan stratégique de mandature réalisés

13/03/2019
00:00

Ayant opté pour une gouvernance participative, le bureau consulaire de la chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF ) sous la houlette de son président Mahamadi Savadogo, a fait aux hommes de médias ce mardi 12 mars 2019, le point des actions qu’ils ont menées en 2018. Cette activité entre dans le cadre du devoir de recevabilité qu’exige le principe cardinal de la participation à la gouvernance.

Au nom du principe de recevabilité, pour lequel elle a opté, la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, a fait le point de ses actions comptabilisées pour l’année 2018. Selon le président Mahamadi Savadogo «l’année écoulée a été particulièrement éprouvante pour le Burkina Faso et son école au regard du contexte sécuritaire et national. La capacité de résilience des gouvernants et des acteurs économiques a permis de maintenir notre économie sur les sentiers de la croissance. Malgré tout, le président de la Chambre de commerce et d’industrie juge la mise en œuvre du plan stratégique de la mandature satisfaisant pour un taux d’exécution physique moyen de 79,68%. C’est donc le directeur général de la CCI-BF, Issaka Kargougou, qui présentera le tableau des activités menées en 2018. Cette année a été marqué par la commémoration des 70 ans d’existence de la Chambre de commerce et d’industrie et par la mise en œuvre de ses missions essentielles. Il évoquera les réalisations en fonction des 5 axes stratégiques. Le premier axe qui concerne l’amélioration de la gouvernance et la mobilisation de l’intelligence consulaire avec un taux d’exécution 84,81% a comme réalisations l’enregistrement de 5722837 tonnes de marchandises dont 1182993 tonnes d’acheminement direct sur les différentes plates-formes de l’institution, la création et le lancement par le président de la CCI-BF du centre d’appel sur les préoccupations des entrepreneurs qui a connu 3337 appels à ce jour. A 69,12% de réalisations, l’axe de développement du capital humain et de facilitation de l’accès au financement du secteur privé a connu la finalisation de l’étude pour la construction d’un centre de formation professionnelle à Bobo-Dioulasso, la formation de 1142 apprenants au CFTRA. Quant à l’axe de développement de l’intelligence économique et du portefeuille de services d’appui conseil aux entreprises, 710 personnes ont bénéficié d’une session de formation en gestion comptable, fiscale et sociale, le CAMCO a connu l’enrôlement de 39 dossiers dont 13 en arbitrage et 26 en médiations pour l’ensemble des dossiers et cumule un montant de 3913517573 FCFA et 92 personnes formés sur les contrats internationaux et en médiation.Cet axe est à 85,99% de mise en œuvre. L’axe concernant le renforcement de l’accompagnement de proximité des entreprises dans les régions est à 93,57 % de taux de réalisation et a vu l’ouverture de deux bureaux CEFORE/CEFAC à Manga et Ziniaré. Et le dernier axe qui concernele développement et le renforcement de l’offre en infrastructures et en équipements économiques réalisés à 65,33%, a vu les réalisations du siège de la CCI-BF à Lomé, le chantier de construction du parking pour véhicules poids lourds à Cotonou, les directions de la Chambre régionale de Manga et Dédougou, et le chantier des travaux de construction du campus consulaire.

Sur la même dynamique

La Chambre de commerce et d’industrie compte bien continuer sur la même dynamique, la réalisation de ses activités inscrites au plan stratégique de la mandature. Mais le premier vice président de la CCI-BF Mamadi Sanoh, le reconnaîtra: «nous avons des problèmes avec nos industries, et aussi, le Burkina Faso est un pays attaqué sur la planète de la fraude». Pour le cas de la SN SOSUCO, il dira que la CCI-BF pense à un plan de relance. En effet, les commerçants volontaires vont se répartir la production. Quant à la présence de la Chine dans nos pays, il dira tout simplement: «c’est à nous d’être plus compétitif et aussi prévoyant. Parlant du divorce entre l’État et la société COTECNA, le président Mahamadi Savadogo dira que ce sont des décisions qui ne dépendent pas de la CCI-BF. «Nous sommes une force de proposition mais nous ne décidons pas».

Firmin OUATTARA



10
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Etalons ne seront pas au rendez-vous de la CAN Égypte 2019

Les derniers matchs des éliminatoires de la CAN Égypte 2019, ont été disputés ce week-end. Les Etalons du Burkina Faso ont vu l'Angola leur ravir le de...

25/03/2019

Le « Chat noir du Nayala » à la chasse des « souris » dans le gouvernement

Au moins, Emile Paré est constant avec lui-même et avec ses manières de faire et de penser. Dès le début de la gouvernance de Roch Marc Christian Kabor...

22/03/2019

Décidément, les terroristes ne lâchent pas prise !

Deux enseignants enlevés et tués. Un curé enlevé sans nouvelles. Des soldats tués après que leur véhicule ait sauté sur une mine. Deux individus retrou...

21/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:50:14