Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Sakandé-Hermann, la passe d’armes de trop !

13/03/2019
00:00

A l’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale, le président de l’Assemblée nationale, Bala Alassane Sakandé a tenu des propos qui n’ont pas laissé indifférente la classe politique. Alors que le président de l’Assemblée nationale pense que dans la lutte contre le terrorisme, «celui qui n’est pas avec le peuple, est contre le peuple; celui qui n’est pas clair, c’est que c’est louche, et quand c’est louche, c’est lâche». De ces propos, Maître Hermann Yaméogo, de l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) pense qu’ils sont mal placés que ce sont de tels propos qui ont conduit à la création des camps de concentration et d’extermination. Autrement dit, ces propos divisent davantage les Burkinabè. Ceux qu’on stigmatise comme étant de connivence avec les terroristes (donc contre leur pays) et ceux qui se prévalent du titre de défenseurs de la patrie.

Répondant aux mêmes propos sur la chaîne de télévision BF1, Siaka Coulibaly, analyste politique pense également de même que Maître Hermann Yaméogo. Tout en ajoutant qu’ils doivent mettre mal à l’aise le Premier ministre Christophe Dabiré qui, lui, dès sa nomination s’est inscrit dans la dynamique de rassembler tous les Burkinabè autour de toutes ces questions qui pendant longtemps les ont divisés. Car, Christophe Dabiré est convaincu que tant qu’on ne quittera pas dans ces concepts «d’insurgés» et de «non insurgés», de «patriotes» et «d’apatrides», et que sait-on encore, la réconciliation sera un vain mot. Alors que tout le monde sait, d’un côté comme de l’autre, que tant qu’il n’y aura pas de réconciliation, le progrès sera toujours malmené. A moins qu’aveuglés par les postes et les avantages qui y sont liés, certains aient oublié tout cela.

En effet, les joutes politiques qui pointent à l’horizon ne doivent pas faire perdre à la classe politique sa grande responsabilité à cultiver la paix, le vivre-ensemble, la tolérance et à enterrer à jamais les démons de la haine et de la division. L’exemple de Yirgou est encore vivace dans les esprits. Même si des politiciens peuvent faire croire qu’ils n’en sont pas à l’origine, cette tragédie ne serait pas arrivée s’ils avaient pris très tôt leurs responsabilités face un certain nombre de faits.

Domba Jean Marc, lors que la conférence sur le centenaire de la création de la Haute-Volta à l’université Ouaga I Joseph Ki-Zerbo, avait invité la classe politique à privilégier les responsabilités, le bien public et la cause commune en lieu et place de la conquête des seuls postes pour satisfaire leurs intérêts. Parce que, avait-il ajouté, depuis la création de la Haute-Volta et après les indépendances, l’élite voltaïque, devenue burkinabè n’a pas fait de la politique, que de la course aux postes. Sans véritablement penser à développer le pays. Aussi, l’avait-il invitée à faire sa propre introspection afin de préserver pendant qu’il est encore temps l’avenir des générations futures. Apparemment, il ne semble pas avoir été entendu. Même si les propos tenus l’ont été avant son appel, cela ne disculpe pas leurs auteurs.

Dabaoué Audrianne KANI



10
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les Etalons ne seront pas au rendez-vous de la CAN Égypte 2019

Les derniers matchs des éliminatoires de la CAN Égypte 2019, ont été disputés ce week-end. Les Etalons du Burkina Faso ont vu l'Angola leur ravir le de...

25/03/2019

Le « Chat noir du Nayala » à la chasse des « souris » dans le gouvernement

Au moins, Emile Paré est constant avec lui-même et avec ses manières de faire et de penser. Dès le début de la gouvernance de Roch Marc Christian Kabor...

22/03/2019

Décidément, les terroristes ne lâchent pas prise !

Deux enseignants enlevés et tués. Un curé enlevé sans nouvelles. Des soldats tués après que leur véhicule ait sauté sur une mine. Deux individus retrou...

21/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:37:56