Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


FESMUBWA : La musique bwa dans toute sa diversité à Syn-Békuy

01/04/2019
00:00

Syn- Békuy, localité située dans la commune de Bondokuy à environ une soixantaine de kilomètres de Dédougou, vibre du 30 mars au 1er avril 2019 au rythme de la 4èmeédition du Festival des musiques bwa (FESMUBWA). L’ouverture du festival a réuni de nombreuses personnalités dont des fils du terroir bwa.

«La culture, c’est ce qui nous reste lorsqu’on a tout perdu», soutient l’Unesco. A Syn- Békuy, dans la commune de Bondokuy, l’Association pour la valorisation du potentiel artistique et culturel bwaba l’(AVPAC) ne veut pas non plus perdre un pan de sa société. C’est pourquoi, à travers ce Festival des musiques bwa (FESMUBWA) qu’elle a créé en 2013, l’Association s’est donnée pour mission de protéger, de conserver et de promouvoir la culture bwa. En clair, il s’agit pour elle de donner à la jeunesse le goût de la musique du terroir. C’est dans ce sens que la 4èmeédition du (FESMUBWA) a ouvert ses portes. Il se tient sous le thème:«Jeunesse et sauvegarde du patrimoine culturel». Pendant 72 heures, du 30 au 1ermai 2019, plusieurs troupes musicales traditionnelles venues de la commune de Bondokuy et de Ouarkoye vont se succéder sur le site du festival dans l’optique de faire ressurgir des antres de l’histoire, les mélodies, les pas de danse et les instruments de musiques traditionnelles bwa en voie de disparition. Pour Jack Bazi, Secrétaire permanent de l’AVPAC, le FESMUBWA est une réponse à l’appel du gouvernement, qui invite chaque société à valoriser sa culture. Tout en réappelant les objectifs de l’édition 2019 qui visent à faire la promotion de l’art musical bwa, à préserver les valeurs sociales et morales et à favoriser l’intégration transfrontalière, le SG Bazi a ajouté que tout comme les autres sociétés, «le Bwamu est en crise identitaire». «C’est pour cette raison que l’AVPACveut travailler à préserver ses valeurs sociales et morales; car il est de notre devoir d’inculquer ces vertus aux générations montantes. Ce qui limiterait la mal gouvernance et la corruption et placerait en priorité l’intérêt de la nation», a-t-il justifié. Co-parrain de cette 4èmeédition, le maire de Ouarkoye a, pour sa part, exhorté l’AVPAC à demeurer un farouche défenseur de la culture bwa, «parce que si elle se détourne de ce devoir ce serait une faillite morale». «Les danses et musiques léguées par nos ancêtres suscitent des émotions et des moments d’exaltation d’amour et d’amitié qui sont autant d’expressions de victoire, d’invitation à l’action salvatrice, mais aussi, un cadre de consolation et de libération pour personnes éprouvées», a-t-il par ailleurs indiqué, avant de souhaiter que le festival soit une occasion de découvertes qui fécondent la tolérance et le vivre-ensemble. Pour le maire de Bondokuy, le FESMUBWA a déjà créé les conditions nécessaires pour l’expression culturelle dans la localité, puisqu’il a permis de définir une stratégie de promotion durable du patrimoine bwa. C’est pour cette raison qu’en sa qualité de co-parrain de l’édition, il a sollicité l’implication de toute la population afin de faire de la culture le levier du développement économique et social. Un appel corroboré par le président du Conseil régional de la Boucle du Mouhoun par ailleurs, président du FESMUBWA 2019. Du haut de la tribune et devant plusieurs centaines de festivaliers venus de divers horizons, Aboubacar Sanou a promis offrir un centre culturel à l’AVPAC, promotrice du festival, dans deux ans au plus. La cérémonie marquant l’ouverture de la 4èmeédition du FESMUBWA a pris fin par une visite de stands.

Ousmane TRAORE



41
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ainsi ils disqualifient Kadré Désiré Ouédraogo, leur champion !

Ils pensent avoir bien fait en allant perturber par la violence physique la rencontre des Secrétaires généraux provinciaux de leur parti, le Congrès po...

25/06/2019

Nouveau Code pénal : un véritable recul démocratique

«Est puni d'une peine d'emprisonnement d'un an à cinq ans et d'une amende d'un million à dix millions de franc CFA, quiconque publie ou relaie en direc...

24/06/2019

Chine-Burkina : ça bouge, pourvu que ça dure !

Depuis la reprise des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la République populaire de Chine, on peut dire que les choses bougent. Dans beau...

21/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:47:22