Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Foire internationale de Bobo 2019: La commune explique ses services aux festivaliers

03/04/2019
00:00

Le Conseil municipal de Bobo-Dioulasso a décidé de s’impliquer davantage dans la FIBO, en accordant une subvention de 20 millions FCFA pour l’organisation de l’édition 2019. Elle s’y est même installée à travers un stand dont l’inauguration officielle a eu lieu lundi 1er avril.

De sa création en 2007 à nos jours, la Foire internationale de Bobo (FIBO) a fait du chemin. La 7ème édition bat son plein au siège de la Semaine nationale de la culture (SNC) depuis le 30 mars 2019. Et ce, jusqu’au 6 avril courant. La commune de Bobo-Dioulasso y a dressé un stand. Un stand qui ne passe pas inaperçu, puisqu’il est décoré aux couleurs de la commune. A l’intérieur un bureau est installé pour le maire. Le maire Bourahima Sanou y traite certains dossiers et reçoit des visiteurs. D’autres bureaux sont réservés aux différents chefs de service de la commune. Ils s’y succèdent pour expliquer tour à tour aux visiteurs comment accéder à leurs services respectifs. Chacun a deux passages par jour. Un film sur les deux ans du maire Bourahima Sanou à la tête de la commune y est projeté en boucle. Comme l’a dit le chargé de communication et des relations publiques de la commune, Mountamou Kani, c’est en quelque sorte de «mini portes-ouvertes de la commune».

Le maire de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou justifie l’engagement du Conseil municipal à faire sienne la FIBO par le fait que«dans le contexte de la décentralisation, le développement local ne peut se faire que si on compte sur ses propres potentialités. Essayer de les promouvoir, de les valoriser, c’est ce qui peut nous amener au développement local réel». Et c’est ce que fait la FIBO. «Si elle n’existait pas, il fallait la créer. Comme elle existe, il ne faut pas créer une foire. Il faut se donner la main pour pouvoir avancer et faire grandir davantage cette foire. C’est pourquoi le Conseil municipal a accepté de s’engager», ajoute le maire. Pour lui donc «c’est la FIBO qui accompagne la commune et non l’inverse». Le Haut-commissaire de la province du Houet, Lamine Soulama encourage les deux parties à renforcer leur partenariat.

Après la coupure de ruban symbolisant l’inauguration officielle du stand, le premier chef de service à passer à la barre, est le Directeur de la police municipale de Bobo, l’Inspecteur de police municipale Seydou Coulibaly. Il a fait la genèse de la police municipale, l’avènement de la police municipale au Burkina Faso, sa création à Bobo-Dioulasso. Il a rappelé les missions et attributions de la police municipale, l’évolution des effectifs de la police municipale de Bobo, de 30 (25 hommes et 5 femmes) en juillet 1998 à plus de 100 personnes aujourd’hui.

Encadré

Aboubacar Diaby, 5ème adjoint au maire de Bouaké

«La ville de Bouaké est jumelée avec Bobo-Dioulasso. Le maire (de Bouaké: ndlr) Nicolas Djibo tient à cette relation. Il m’a chargé d’une mission. Il m’a dit: «tu vas à Bobo, je te donne un message fort pour le maire (de Bobo: ndlr). Le maire de Bobo et moi, nous nous sommes vu. Et je lui ai transmis le message. Nous remercions le peuple de Bobo, car la FIBO est très importante pour nous. Vous ne vous rendez pas compte, mais de l’extérieur vous êtes vus comme les meilleurs exposants. Je pense qu’à l’avenir nous allons nous inspirer de votre expérience. Nous avons eu une séance de travail aujourd’hui (lundi 1er avril: ndlr) avec les organisateurs et nous allons nous inspirer de votre façon de faire».

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr



16
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ainsi, ils sont allés en grève pour deux jours

Jusqu'à la dernière minute, on croyait que le gouvernement allait trouver solutions aux préoccupations du Syndicat national des travailleurs de la sant...

18/04/2019

Blaise à Roch, la réconciliation est bien possible

C'est Jeune Afrique qui a donné l'information; immédiatement reprise par les réseaux sociaux. Blaise Compaoré aurait écrit à Roch Marc Christian Kaboré...

17/04/2019

Filière cotonnière, maintenant allons au champ

Les bonnes nouvelles qu'on attendait du côté de l'Association interprofessionnelle de coton du Burkina (AICB) sont tombées. Le prix du kilogramme du co...

16/04/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:41:48