Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Entre attaques terroristes et conflits communautaires, on est perdu

03/04/2019
00:00

Les Forces de défense et de sécurité (FDS) sont résolument engagées contre le terrorisme. Ils sont pratiquement sur tous les fronts. A l’Est avec l’opération Otapouanu, elles tentent par tous les moyens de freiner le phénomène. Tout semble porter des fruits on entend peu parler d’attaques terroristes. Par contre, au Sahel, les terroristes ont adopté une autre forme de lutte. En plus des attaques déjà connues qui consistent à s’attaquer directement aux populations et aux forces de défense et de sécurité par des armes, ils n’hésitent plus à miner les routes et à cibler des personnes bien précises, notamment des chefs religieux ou coutumiers. Ainsi, de plus en plus, on découvre des corps sans vie; après des enlèvements ou non. Il est donc établi que les terroristes veulent semer le doute dans les cœurs des populations en leur faisant croire, non seulement que les FDS ne sont pas en mesure d’assurer leur sécurité, mais que les terroristes sont parmi elles. Ce qui pourrait, amener ces populations à ne pas collaborer avec les FDS et pire à s’attaquer entre elles. D’ailleurs c’est bien ce à quoi on assiste depuis les attaques de Yirgou. Tout ce qui peut physiquement ressembler à un terroriste est systématique et sans discernement considéré et traité comme tel. Si bien qu’entre attaques terroristes et conflits intercommunautaires, on est perdu. D’où la nécessité à ne pas céder au doute et à l’opposition intercommunautaire que les terroristes sont en train de créer.

Quand ils sont traqués au Nord et à l’Est (leurs zones habituelles), les terroristes descendent vers le Sud, l’Ouest ou le Sud-Ouest. C’est exactement ce qu’ils ont fait le week-end dernier en s’attaquant à la brigade de gendarmerie de Dagouindougou dans la région des Cascades.

Si les Burkinabè sont conscients du phénomène terroriste, ils espéraient au moins qu’avec les derniers réaménagements, tant au niveau du gouvernement qu’au sein des Forces de défense et de sécurité, on devrait quand même assister à une diminution des attaques. Malheureusement, (hélas!), malgré l’engagement à tous les niveaux et l’optimisme des uns et des autres, les attaques ne semblent pas réduites. A croire donc que les Burkinabè doivent-ils désormais se résoudre à vivre pratiquement tous les jours avec les attaques terroristes en tête?

Visiblement, les terroristes ont un agenda et des objectifs bien définis à atteindre. Si ce n’est pas pour empêcher Roch et son régime de travailler et d’avoir un bilan à présenter en 2020 pour espérer une réélection, ce n’est pas loin. Du côté du pouvoir, ce n’est plus une supposition, on l’a compris ainsi. Ce qui manque, ce sont les moyens et les stratégies. En la matière, les terroristes ont toujours une longueur d’avance puisque ce sont eux qui attaquent les premiers; déterminant aux FDS ainsi la méthode à adopter. Qui peut varier du jour au lendemain. Comme quoi, le bout du tunnel semble être encore loin.

Dabaoué Audrianne KANI



40
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ainsi ils disqualifient Kadré Désiré Ouédraogo, leur champion !

Ils pensent avoir bien fait en allant perturber par la violence physique la rencontre des Secrétaires généraux provinciaux de leur parti, le Congrès po...

25/06/2019

Nouveau Code pénal : un véritable recul démocratique

«Est puni d'une peine d'emprisonnement d'un an à cinq ans et d'une amende d'un million à dix millions de franc CFA, quiconque publie ou relaie en direc...

24/06/2019

Chine-Burkina : ça bouge, pourvu que ça dure !

Depuis la reprise des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la République populaire de Chine, on peut dire que les choses bougent. Dans beau...

21/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:41:08