Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Situation aux Comores : Il faut sortir l’archipel des griffes des démons post-électoraux

12/04/2019
00:00

Les Comores font face à une situation de plus en plus préoccupante à l’issue de l’élection présidentielle du 24 mars 2019. Cette crise post-électorale ronge l’archipel au point qu’elle nécessite un regard pressant des autres nations africaines pour trouver une sortie de crise rapide.

Les violences post-électorales aux Comores ont fait plusieurs morts, des opposants enfermés, des dégâts matériels considérables. L’archipel fait face aux démons post-électoraux depuis l’élection présidentielle du 24 mars 2019. En effet considérant que le scrutin a été entaché de plusieurs irrégularités, les 12 candidats de l’opposition ont fait front commun pour dire non à la victoire annoncée du président sortant Azali Assoumani. Selon les résultats provisoires publiés par la CENI, le président sortant Azali Assoumani a été réélu avec 60,77% des voix. Unis, les 12 candidats de l’opposition ont dénoncé un hold-up électoral de la part du président sortant. Par la suite ils mettront en place un conseil national de la transition et porte à sa tête le candidat Soilihi Mohamed dit campagnard.

Quatre jours après le scrutin contesté, ce dernier a mis en place un gouvernement parallèle. L’opposition a organisé une marche pacifique contre ce qu’elle a appelé un coup d’état électoral. Et au cours de cette marche Achmet et campagnard, deux candidats de l’opposition sont arrêtés. Et pourtant la coordination nationale des observatoires des élections a déclaré qu’il y a eu des irrégularités qui ont entaché le scrutin. Ces irrégularités sont de plusieurs ordres, à savoir le bourrage des urnes avant l’ouverture, le refus de la présence des assesseurs des candidats de l’opposition dans les bureaux de vote, la notification de la fermeture des bureaux de vote avant l’heure légale, la remise sous contrainte des urnes aux forces de l’ordre sans dépouillement. Les Comores entrent ainsi dans une crise post-électorale. Et cette crise entraîne une répression armée qui a fait 4 morts.

L’opposition dénonce des campagnes d’intimidation

Dans un élan d’apaisement, l’opposant Soilihi Mohamed du Campagnard est libéré le 8 Avril 2019. Cette libération est accompagnée, d’une déclaration de la part de ce dernier pour dire qu’il renonce au CNT et qu’il félicite le président sortant pour sa réélection. Ce document, les partisans de Campagnard note du faux. Ils indiquent que la signature de cette déclaration n’est pas celle de leur leader mais plutôt de son fils qui sous les menaces a été dans l’obligation de le paraphraser. Ils estiment que sa libération a été conditionnée par l’acceptation de cette fausse déclaration. Les États africains doivent s’impliquer pour éviter aux Comores de basculer dans le syndrome d’une guerre civile post-électorale, car l’archipel est en proie à une instabilité notoire depuis son indépendance en 1975. Les Comores ont connu jusque-là 34 coups d’états. Il faut que l’Union africaine s’implique davantage dans la recherche de solutions à cette crise comorienne. Que les protagonistes se mettent autour d’une table pour aplanir leurs divergences afin d’éviter aux Comores de sombrer dans le gouffre des démons post-électoraux.

Firmin OUATTARA

38
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Des Burkinabè réfugiés chez eux, au Burkina Faso

Il y a quelques années en arrière, personne n'aurait cru qu'un jour des Burkinabè pouvaient se retrouver refugiés chez eux au Burkina. Et pourtant, c'e...

14/06/2019

Blaise Compaoré s’approche du Burkina, François s’en éloigne

De plus en plus, le président Blaise Compaoré multiplie les vœux de regagner le Burkina Faso. Sa terre natale où il a été président pendant 27 ans. Ce ...

13/06/2019

Simon, ne les appelez pas quand vous n’allez pas vous entendre

L'opposition politique demande que le dialogue initié par le président du Faso prenne en compte les questions sociales, économiques et sécuritaires au ...

12/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





20:52:56