Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Ambroise Ouédraogo, porte-parole de la Coalition des chauffeurs routiers : « On ne déteste pas Maïga, c’est sa façon de gérer que nous décrions »

12/04/2019
00:00

La Coalition des chauffeurs routiers a animé une conférence de presse pour réaffirmer sa détermination à observer un arrêt de travail illimité si toutefois l’actuel président de l’Organisation des transporteurs routiers (OTRAF), Issoufou Maïga venait à être nommé à la tête de la faîtière. C’était le 10 avril 2019 à Ouagadougou.

Dans la semaine du 01 au 07 avril 2019, des chauffeurs routiers ont observé quelques jours d’arrêt de travail. Et pour cause, contester la désignation supposée de Issoufou Maïga, président de l’Organisation des transporteurs routiers du Faso (OTRAF) pour présider la future faîtière des acteurs du transport burkinabè. Dans une rencontre avec la presse, la Coalition des chauffeurs routiers à travers leur porte-parole, Ambroise Ouédraogo a réaffirmé sa détermination à rester sur sa position jusqu’à satisfaction de sa requête, c’est-à-dire, ne pas voir le président de l’OTRAF à la tête de la faîtière unique des transporteurs routiersdu Burkina (FUTRB). Pour les routiers, ils ne détestent pas Issoufou Maïga, c’est sa façon de gérer qu’ils décrient. A en croire la coalition des chauffeurs routiers, «l’actuel président de l’OTRAF est responsable de toutes leurs souffrances et celles des différents responsables. Il a monopolisé les frets dans les différents ports, les frets nationaux (hydrocarbures, au niveau des sites aurifères), seuls ses amis font ce travail. Nous disons non à cette manière de travailler; on a déjà trop subi durant ses 4 années à la tête de l’OTRAF. Les transporteurs aussi doivent prendre leurs responsabilités parce qu’ils ont peur de Maïga. On ne veut pas de Maïga à la tête de la faitière», a fait entendre Ambroise Ouédraogo. Au cours de ce face à face avec la presse, la coalition des chauffeurs routiers a tenu à présenter ses excuses à tout le peuple burkinabè pour les désagréments causés par l’arrêt de travail qui était une manière pour elle de se faire entendre par les dirigeants.

Aïcha TRAORE



20
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Des Burkinabè réfugiés chez eux, au Burkina Faso

Il y a quelques années en arrière, personne n'aurait cru qu'un jour des Burkinabè pouvaient se retrouver refugiés chez eux au Burkina. Et pourtant, c'e...

14/06/2019

Blaise Compaoré s’approche du Burkina, François s’en éloigne

De plus en plus, le président Blaise Compaoré multiplie les vœux de regagner le Burkina Faso. Sa terre natale où il a été président pendant 27 ans. Ce ...

13/06/2019

Simon, ne les appelez pas quand vous n’allez pas vous entendre

L'opposition politique demande que le dialogue initié par le président du Faso prenne en compte les questions sociales, économiques et sécuritaires au ...

12/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





20:44:25