Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Fait de chez nous : Dos au mur, il vend son âne en larmes

12/04/2019
00:00

Jules est aujourd’hui Président Directeur général d’une chaîne d’entreprises.Malheureusement pour lui, son père n’est plus de ce monde! Un père qui a tout fait, pour qu’il soit ce qu’il est aujourd’hui. «Mon père avait vendu tous ses biens, pour que je puisse étudier. Malheureusement, il n’a pas eu la chance d’en profiter», raconte Jules en larmes. Malgré son aisance financière et tout ce qu’il faut pour vivre paisiblement, Jules n’apu contenir ses larmes. Pendant un bout de temps, il est resté tête baissée, les larmes coulant sans cesse. Son épouse Delphine, n’ayant pu le calmer, fit venir son ami d’enfance. Balla, puisque c’est de lui qu’il s’agit, l’ami de Jules depuis l’école primaire, a pu le convaincre cesser ses pleurs. Nonobstant,Jules était toujours triste. Il dit se rappeler ce jour où son papa a vendu son âne (en larmes); l’unique animal étant l’unique bien restant, afin de payer ses frais de scolarité de l’année en cours. Revenant du marché ce jour, son papa pleurait comme un gamin. Pire, il monologuait: «Mon Dieu, tout le bonheur dont tu m’as privé, fait en sorte que mes enfants puissent en bénéficier. C’est la seule récompense qui me permettra d’être heureux dans ma tombe», témoigne Jules. Aujourd’hui, Jules revoit cette image comme si la scène était d’hier. Il dit se rappeler aussi, le fait que son papa ait fait le tour des commerçants et autres personnes nanties de la localité, pour avoir un prêt de 25 000 FCFA, afin de ne pas vendre son âne. Partout où son pauvre papa est allé, il est reparti bredouille. Pourtant, il était convaincu que la somme de 25 000 FCFA était insignifiante pour beaucoup de ceux auprès de qui il les avait sollicités. Mais, tous lui avaient répondu,

ne pas disposer de la dite somme. Aujourd’hui, Jules compte parmi l’un des riches du pays. Un de ses leitmotivs est devenu le soutien aux indigents et surtout, la promotion de l’entraide sociale. Alors, toi qui as les gros moyens et qui ne songe pas à t’occuper de tes parents, ressaisis-toi! Car tu ne sais pas comment ces derniers ont «bavé» pour que tu puisses réussir ta vie. Pourquoi vouloir privilégier ta richesse au mieux-être de tes géniteurs? Il paraît que tout se paye ici-bas. Alors, souviens-toi de là d’où tu viens, pour ne pas te laisser aveugler par tes biens aujourd’hui qui peuvent disparaître du jour au lendemain!

Souro DAO/ daosouro@yahoo.fr



7
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ainsi, ils sont allés en grève pour deux jours

Jusqu'à la dernière minute, on croyait que le gouvernement allait trouver solutions aux préoccupations du Syndicat national des travailleurs de la sant...

18/04/2019

Blaise à Roch, la réconciliation est bien possible

C'est Jeune Afrique qui a donné l'information; immédiatement reprise par les réseaux sociaux. Blaise Compaoré aurait écrit à Roch Marc Christian Kaboré...

17/04/2019

Filière cotonnière, maintenant allons au champ

Les bonnes nouvelles qu'on attendait du côté de l'Association interprofessionnelle de coton du Burkina (AICB) sont tombées. Le prix du kilogramme du co...

16/04/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:16:02