Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Le SYNTSHA en grève de travail de 48h : Il exige du gouvernement le respect du protocole d'accord de 2017

18/04/2019
00:00

Au premier jour de grève de ce mercredi 17 avril, nous avons fait un tour au CHR de Banfora pour constater l'effectivité du service minimum.

Il est 10h au CHR de Banfora, en ce premier jour de grève des agents de santé, tout semble s’y être compliqué. A notre arrivée, le centre de santé était désert; des patients assis sous les manguiers par petits groupes et dans les allées de l'hôpital, quelques vigiles qui font la ronde. La plupart des services sont fermés: de l'ophtalmologie au bloc opératoire, en passant par les consultations externes, seules les urgences, la pédiatrie, le laboratoire et la maternité étaient ouvertes; mais impossible d’y trouver un agent de santé actif. A la pédiatrie, une infirmière était dehors, sous l'auvent du bâtiment, avec un lot de papiers, en pleine lecture! «Quelque infirmiers, qui étaient là, sont repartis, nous faisant savoir que c'est vendredi qu'ils reviendront éventuellement travailler» a déclaré une femme à la pédiatrie. De cette pédiatrie sont sorties «deux nouvelles mamans», rentrant chez elles avec leurs bébés. Face à cette inertie partielle, voire assumée, il va falloir que le ministère et le gouvernement prennent à bras le corps le problème des infirmiers, car la santé est à la base de toute activité;«sans la santé on ne peut rien faire!», s’est exclamé un vieil homme que j'ai croisé sous le hangar, accompagné son épouse, et qui regagnaient le bercail. Autre centre de santé, autre décor; au CSPS du secteur numéro 15 (Tatana), les portes étaient entièrement fermées, quand bien même on a fait le pied de grue, jusqu’aux environs de 11h. Voir un agent de santé ou même un vigile dans ce CSPS, ce fut «la croix et bannière»! En tout cas, en ce premier jour de grève des agents de santé, rien n'a été rose ici. Les différents services ont, au mieux, fonctionné au ralenti et durant les 48h à venir, les malades n'auront que leurs yeux pour pleurer. Vivement qu'un terrain d'entente soit trouvé au plus tôt!

Besseri OUATTARA



47
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Après Naaba Sonré du Boussouma, c’est le Kupiendieli du Gulmu

Ils avaient plusieurs points en commun. D'abord, ils sont tous rois. Tous les deux trente-unième de leur lignée. L'un du Boussouma, l'autre du Gulmu. I...

19/08/2019

Gouvernement/Syndicats, l’échauffement en attendant la rentrée

Au cours d'une conférence de presse ce mardi 13 août 2019, l'Unité d'action syndicale (UAS) a taclé le gouvernement en le traitant de « méprisant » et ...

16/08/2019

Ce qui s’est passé à Youga est extrêmement grave

Suite à la mort d'une personne étrangère sur laquelle un vigile aurait tiré dans l'enceinte de la mine d'or de Youga, des populations énervées n'ont pa...

14/08/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:42:04