Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Labélisation du Faso Danfani : On connaît le logo et les différents motifs

02/05/2019
00:00

Le gouvernement burkinabè dans son rôle de promouvoir les produits et le savoir-faire national a entrepris depuis quelque temps le processus de labellisation de certains produits made in Burkina dont le Faso Danfani. La phase nationale de ce processus vient de s’achever avec le dévoilement du label et la présentation des différents motifs.

 

 

La labellisation d’un produit passe par plusieurs processus dont la phase nationale. Au cours de cette phase, il faut que les acteurs s’accorde sur un certain nombre de critères. C’est ce qui s’est passé au sujet du Faso Danfani. En effet les acteurs de la filière se sont entendus sur les critères et les différents motifs qui viennent de l’ensemble du territoire national. Selon le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, «c’est après avoir validé ces instruments qu’on peut dire que ceci c’est du Faso Danfani et cela ne l’est pas». Ainsi dit-il «le dévoilement du logo et la présentation des motifs sont des étapes décisives en vue de la labellisation». Pour le ministre Kaboré, «il y a de la cotonnade dans d’autres pays mais il n’ y a pas de Faso Danfani ailleurs qu’au Burkina Faso». Le directeur général du Centre national de la propriété industrielle, Mahamadi Tassembédo, a soutenu que l’appel à projet pour la désignation du logo a permis de retenir 19 offres sur 29. Se fondant sur les critères de la créativité, de l’originalité, de la qualité esthétique, de la facilité de manipulation, le jury a retenu le projet de logo de CSC conseil. Ce cabinet reçoit donc la somme de 500000 FCFA.

Pour ce qui est des avantages de la labellisation, le ministre Harouna Kaboré note que «d’abord labelliser le Faso Danfani lui donne une identité, c’est une marque collective. Ensuite une fois labellisé, on sait très bien comment valoriser le produit. En même temps, on lutte contre la contrefaçon». Dans ce processus, le gouvernement burkinabè ira loin en protégeant jusqu’aux motifs. La labellisation devrait permettre de sécuriser près de 30 000 emplois et de réaliser un chiffre d’affaires avoisinant les 7 milliards de FCFA. Pour une production nationale très suffisante, le gouvernement a profité doter les femmes tisseuses de 450 métiers à tisser. «L’objectif d’ici 2020, selon le ministre Kaboré c’est de pouvoir doter l’ensemble des régions de métiers à tisser». A la suite de cette phase nationale, le processus de labellisation se poursuivra au niveau international devant l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle.

Firmin OUATTARA

41
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Après Naaba Sonré du Boussouma, c’est le Kupiendieli du Gulmu

Ils avaient plusieurs points en commun. D'abord, ils sont tous rois. Tous les deux trente-unième de leur lignée. L'un du Boussouma, l'autre du Gulmu. I...

19/08/2019

Gouvernement/Syndicats, l’échauffement en attendant la rentrée

Au cours d'une conférence de presse ce mardi 13 août 2019, l'Unité d'action syndicale (UAS) a taclé le gouvernement en le traitant de « méprisant » et ...

16/08/2019

Ce qui s’est passé à Youga est extrêmement grave

Suite à la mort d'une personne étrangère sur laquelle un vigile aurait tiré dans l'enceinte de la mine d'or de Youga, des populations énervées n'ont pa...

14/08/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





00:54:04