Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Run Like a Girl : Dire « non » aux stéréotypes liés au genre

09/05/2019
00:00

L’Institut français de Bobo-Dioulasso a abrité, du lundi 29 avril au vendredi 3 mai 2019, un atelier dénommé «Run Like a Girl» pour échanger, analyser et interpréter les stéréotypes liés au genre. Cet atelier a servi de cadre aux sourds muets, danseurs, poètes, slameurs, comédiens et musiciens, aux fins d’analyser les mots et les phrases qui imprègnent les cultures et qui minent l’estime de soi des filles.

Marcel Gbeffa danseur Béninois, par ailleurs directeur du centre chorégraphique Multicorps du Bénin et Wendy Jehlen sont les deux animateurs du projet «Run Like a Girl». Qui est un projet multidisciplinaire dont la mission est de briser les frontières perçues entre les peuples, les cultures et les formes d’art.

La dénomination du projet«Run like a girl» signifie en français, «courir comme une fille» ou «courir comme une femme». Cette notion, selon les animateurs du projet, est un cliché. Et le projet se veut une vitrine pour éliminer les stéréotypes liés au genre et donner plus de pouvoir à la créativité des jeunes. Car les stéréotypes créent une fausse image des filles et des femmes, les représentants comme des personnes « faibles ».

Pour le déroulement des activités de l’atelier, «les participants ont été repartis en deux groupes. Celui des sourds et celui des danseurs mixtes, pour travailler sur différents types de disciplines et techniques, afin de changer les habitudes corporelles autour de la thématique des clichés», a expliqué Marcel Gbeffa. Il a aussi énuméré des clichés comme:«La femme est le pilier de la société». «L’homme est plus fort que la femme». «Dire à un homme qu’il marche comme une fille». Toujours selon lui, ces clichés très souvent, minimisent la femme alors que si on met les deux êtres dans le même contexte, dans la même formation, on aura le même résultat. Et il conclut: «dans plusieurs sociétés, on glorifie la femme, mais ce ne sont que des mots; il n’y a pas de véritables actions.» C’est pourquoi, les échanges ont porté sur le poids de la culture, l’entraide et l’émancipation, et le fait de se mettre à la place de l’autre pour vivre la même chose que lui afin de se rendre compte de la complexité de la nature humaine. Car l’objectif est de prendre en considération la nature humaine de la femme.

La pièce de théâtre qui a servi de support pour la restitution des travaux, a été animée de mouvements gymniques, de danses variées, avec des sonorités particulières. Un soupir collectif «humm!» a clôt la séquence narrative. De l’explication de Marcel Ggeffa, «le soupir existe dans la culture burkinabè. La femme soupire parce que beaucoup de choses se passent dans sa tête et dans son cœur. Pour ne pas réagir négativement et parce qu’elle veut se conformer à la société, aux us et coutumes, alors elle dit «humm.», en signe de respect et de soumission

Soutenu par l’ambassade des Etats-Unis dans les pays où le projet est activé, «Run Like a Girl» s’est déporté à partir du lundi 6 mai 2019 à la Termitière à Ouagadougou. Tout en prévoyant se rendre au japon, puis au Brésil pour d’autres ateliers.

Fatimata BELEM



34
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Après Naaba Sonré du Boussouma, c’est le Kupiendieli du Gulmu

Ils avaient plusieurs points en commun. D'abord, ils sont tous rois. Tous les deux trente-unième de leur lignée. L'un du Boussouma, l'autre du Gulmu. I...

19/08/2019

Gouvernement/Syndicats, l’échauffement en attendant la rentrée

Au cours d'une conférence de presse ce mardi 13 août 2019, l'Unité d'action syndicale (UAS) a taclé le gouvernement en le traitant de « méprisant » et ...

16/08/2019

Ce qui s’est passé à Youga est extrêmement grave

Suite à la mort d'une personne étrangère sur laquelle un vigile aurait tiré dans l'enceinte de la mine d'or de Youga, des populations énervées n'ont pa...

14/08/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:15:51