Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Boycott de la production cotonnière dans la région de N’Dorola : Levée de l’interdit par les sages, suivie d’un engagement des producteurs

13/05/2019
00:00

La région cotonnière de N’Dorola, connue pour sa grande production «d’or blanc», s’était rebellée au cours des campagnes 2017-2018 et 2018-2019. Un sacrifice interdisant la culture du coton dans la région accentuait ce boycott. Sur recommandation du Président du Faso, un atelier pour la relance de la filière coton s’est tenu du 11 au 13 mars 2019. Un Comité de Haut-niveau et des mesures issues des échanges dudit atelier, ont occasionné la levée de l’interdit coutumier. Afin de renforcer le dialogue et recenser des attentes complémentaires des producteurs de la région, le Comité de Haut-niveau a rencontré des producteurs de la région cotonnière de N’Dorola le samedi 11 mai 2019.

«A tout Seigneur, tout honneur!» a-t-on coutume de dire. Avant de prendre langue avec les cotonculteurs, Harouna Kaboré, président du Comité de Haut-niveau et sa suite ont demandé la bénédiction et l’accompagnement des coutumiers et des religieux. Aux religieux et coutumiers de N’Dorola, de même qu’à ceux de Kourouma où ont eu lieu les échanges entre producteurs et la délégation, Harouna Kaboré a expliqué la raison de sa mission. «Le Président du Faso a mis en place un Comité de Haut-niveau chargé du suivi de la production durant trois campagnes. Nous sommes venus expliquer aux producteurs de cette grande région cotonnière de N’Dorola, les mesures d’accompagnement prises par le gouvernement. Nous profiterons de cette occasion, pour avoir des propositions complémentaires des producteurs, afin de résoudre progressivement les problèmes», a expliqué le président du Comité de Haut-niveau. Cette marque de considération vis-à-vis des sages a été reconnue et saluée par les responsables coutumiers et religieux. Aussi, ont-ils béni la délégation et formulé le vœu d’une parfaite entente entre les deux camps. Ils ont aussi rassuré la délégation de la levée de l’interdit. «Nous avons fait des libations, pour libérer nos enfants à produire le coton. Dieu merci, nos sacrifices ont été acceptés par les ancêtres! », Ont confié les chefs de terre de N’Dorola et Kourouma.

Des engagements

L’interdit levé par les sages, la région cotonnière de N’Dorola s’engage à produire le coton. Elle est même prête à produire plus de 70000 tonnes de coton graine, quantité souhaitée par la SOFITEX. Cet engagement est conditionné par la mise à disposition des producteurs, de bonnes semences, d’engrais et insecticides de bonne qualité. La subvention de l’Etat, qui a permis de fournir l’engrais à 14000 FCFA aux producteurs, ainsi que l’achat du kilogramme du coton graine à 265 FCFA, sont des efforts volontairement consentis. Toutefoisselon les producteurs, «C’est bon, mais c’est pas arrivé!». Aussi, souhaitent-ils que le gouvernement ne les abandonne pas. «Nous vous en supplions! Faites l’effort de baisser encore le prix de l’engrais à 12500 FCFA et d’augmenter le kilogramme du coton graine à 175 FCFA au lieu de 165 FCFA. Si l’Etat nous accorde cette faveur, nous allons dépasser les prévisions», ont-ils confié. La SOFITEX, par la voix de son Directeur général (DG) Wilfried Yaméogo, s’est engagée à fournir des intrants de bonne qualité aux producteurs. «D’ailleurs, la SOFITEX n’est plus associée à la vérification de la qualité des intrants. Un service du ministère de l’Agriculture s’occupe de la certification des intrants», a rassuré le DG de la SOFITEX. Il a même informé les paysans de ce que tous les intrants reconnus être de mauvaise qualité, seront immédiatement enlevés. Reconnaissant la légitimité de l’inquiétude des producteurs, Harouna Kaboré les a invités à produire le coton. «C’est en produisant que vous allez pouvoir mieux apprécier les engagements pris par l’Etat et la SOFITEX» a conseillé le président du Comité de Haut-niveau. Il a clôt les engagements sur l’apurement de la dette interne. «L’Etat ne vous laissera pas. Il va contribuer à apurer la dette intérieure. Mais nous attendons de faire le point de la situation dans les trois sociétés cotonnières que sont la SOFITEX, SOCOMA et FASO COTON». Le Gouverneur de la région des Hauts-Bassins, le Haut-commissaire du Kénédouou et les représentants des ministres de l’Agriculture et des Finances étaient de la partie.

Souro DAO



35
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Après Naaba Sonré du Boussouma, c’est le Kupiendieli du Gulmu

Ils avaient plusieurs points en commun. D'abord, ils sont tous rois. Tous les deux trente-unième de leur lignée. L'un du Boussouma, l'autre du Gulmu. I...

19/08/2019

Gouvernement/Syndicats, l’échauffement en attendant la rentrée

Au cours d'une conférence de presse ce mardi 13 août 2019, l'Unité d'action syndicale (UAS) a taclé le gouvernement en le traitant de « méprisant » et ...

16/08/2019

Ce qui s’est passé à Youga est extrêmement grave

Suite à la mort d'une personne étrangère sur laquelle un vigile aurait tiré dans l'enceinte de la mine d'or de Youga, des populations énervées n'ont pa...

14/08/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:09:42