Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Vérité relative : Transfert de l’hôpital de référence à Ouagadougou, Bobo l’a voulu ainsi !

15/05/2019
00:00

L’hôpital de référence qui devait être construit à Bobo-Dioulasso, est désormais transféré en partie à Ouagadougou. Le matériel et autres commodités en soins relatifs à cet hôpital seront affectés au Centre Hospitalier Universitaire de Tengandogo, autrefois hôpital Blaise Compaoré. En lieu place de l’hôpital de référence, Bobo-Dioulasso aura tout simplement un Centre Hospitalier Universitaire (CHU) pour renforcer Souro Sanou. La raison qui a prévalu pour que Bobo-Dioulasso perde cet hôpital de référence est simple. Ouagadougou l’a ainsi décidé!

En effet, depuis la visite de la Chine Pékin sur le site devant abriter l’hôpital de référence, les choses sont allées très vite.En juin 2018, la délégation de la Chine Populaire qui a visité le site, a trouvé que le lieu était trop excentré. Elle a aussi posé le problème d’électricité et bien d’autres conditions pour la réalisation et le fonctionnement de ce qui était désormais un acquis pour Bobo-Dioulasso. Mais est-ce que c’était le seul espace libre à Bobo? Au retour de cette délégation à Ouagadougou, la décision est prise. Bobo-Dioulasso est informée au «haut lieu». La nouvelle n’est pas partagée avec la base. L’autorité a continué de communiquer sur la construction d’un hôpital à Bobo-Dioulasso. Mais les détails, elle n’en a jamais fait cas à la base. La Chine Pékin, bien qu’elle soit donatrice de cet hôpital, ne peutdécider de «retirer cette importante infrastructure» (même en partie) à la ville de Bobo-Dioulasso. Ouagadougou a profité de la zizanie entre les Bobolais eux-mêmes, pour mettre en application sa politique de ruse. La Chine Pékin est présente au Faso, pour défendre ses intérêts. Elle n’est pas là pour imposer quoi que ce soit. Ouagadougou a donc décidé comme d’habitude de garder cet hôpital dit de référence. A voir de près, tout est parti de Bobo-Dioulasso. Depuis la bagarre inutile de soi-disant propriétaires des terres du site de Borodougou, avec l’implication des OSC et autres partis avec des agendas différents, Bobo-Dioulasso était une fois de plus bien partie pour perdre cet hôpital. Exactement comme ce fut le cas avec cette école sous-régionale des sapeurs-pompiers. Pour des querelles qui n’en valaient pas la peine, Bobo-Dioulasso est une fois de plus passé à côté. Chaque fois qu’il y a une réalisation d’infrastructure de taille dans cette cité, des esprits malins utilisent ses fils et filles «inconscients», pour atteindre leurs objectifs. Mais non, il faut que ça cesse! C’est pourquoi, nous interpellons une fois de plus, tous les fils et filles, les ressortissants des autres localités qui font partie intégrante de cette cité à s’unir pour mettre fin à cette zizanie à Bobo-Dioulasso. Il ne faut pas que des individus continuent de s’opposer au développement de cette ville et ses environs. La mise en place d’une cellule citoyenne, avec laquelle il faudra désormais compter s’avère impérative. Car dit-on, «Trop c’est trop!»C’est lorsque «le mur est fissuré que des reptiles peuvent s’y loger».

Souro DAO/ daosouro@yahoo.fr



46
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Après Naaba Sonré du Boussouma, c’est le Kupiendieli du Gulmu

Ils avaient plusieurs points en commun. D'abord, ils sont tous rois. Tous les deux trente-unième de leur lignée. L'un du Boussouma, l'autre du Gulmu. I...

19/08/2019

Gouvernement/Syndicats, l’échauffement en attendant la rentrée

Au cours d'une conférence de presse ce mardi 13 août 2019, l'Unité d'action syndicale (UAS) a taclé le gouvernement en le traitant de « méprisant » et ...

16/08/2019

Ce qui s’est passé à Youga est extrêmement grave

Suite à la mort d'une personne étrangère sur laquelle un vigile aurait tiré dans l'enceinte de la mine d'or de Youga, des populations énervées n'ont pa...

14/08/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





00:56:10