Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Conseil d’arrondissement N°2 : Engagé pour assainir l’état civil

15/05/2019
00:00

Le conseil d’Arrondissement n°2 de la commune de Bobo-Dioulasso tient du 14 au 15 mai 2019 sa deuxième session ordinaire 2019. Sur initialement 8 points inscrits à l’ordre du jour, un a été retiré laissant place aux sept autres points. Cette première journée a été marquée par des questions liées au commerce et à l’établissement des actes de l’Etat civil au niveau dudit arrondissement.

Les deux points dominants de cette première journée de la deuxième session ordinaire 2019 du conseil d’arrondissement n°2 sont: la présentation du rapport de mission de la délégation dudit conseil d’arrondissement à Rufisque (Sénégal) et la communication sur les conditions d’établissement des actes de l’état civil et les conséquences de son non respect. Le maire de l’arrondissement n°2, Paulin Sanou, s’est dit satisfait des leçons tirées de cette visite. Qui, dit-il «a permis d’élargir le jumelage entre la ville de Rufisque et la commune de Bobo-Dioulasso». En effet, au cours de la présentation du rapport de mission de la délégation, les élus locaux ont émis le vœu de multiplier les initiatives en faveur du développement du commerce au niveau de l’arrondissement. Surtout celui de la vente du poisson. La ville de Dakar, réputée pour son potentiel d’approvisionnement en poissons peut être d’un atout pour la concrétisation de cette initiative. C’est pourquoi, les conseillers veulent se donner les moyens pour entretenir ce partenariat qui, à long terme, pourrait rehausser les potentialités économiques de l’arrondissement par le développement du commerce.

En ce qui concerne l’établissement des actes de naissance, le président du conseil Paulin Sanou a révélé que lui et ses collaborateurs rencontrent beaucoup de difficultés dans leur relation avec le tribunal. C’est difficultés sont dues à une incompréhension de la population qui, très souvent ne respecte pas les limites de l’arrondissement dans lequel, elle se trouve. C’est pourquoi, le conseil a estimé utile d’inviter le Tribunal de grande instance (TGI) à faire une communication sur les conditions d’établissement des actes de l’état civil et les conséquences de son non respect. C’est le magistrat, Modeste W. Belem, Juge au siège au TGI de Bobo, accompagné du substitut du procureur du Faso Stanislas Ki, qui ont fait la communication détaillée sur les catégories d’actes de l’état civil, la composition et les conditions de leurs établissements, … et les sanctions qui peuvent en découler au niveau de l’officier de l’ état civil. Qui peuvent être d’ordre civil, disciplinaires et même pénales.

Fatimata BELEM



33
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Christophe Marie Joseph Dabiré a parlé en «vrai Dagara»

Sans langue de bois, Christophe Marie Joseph Dabiré, le Premier ministre a répondu aux questions des deux journalistes qu'il avait en face de lui, ce d...

23/07/2019

Peut-on réussir une réconciliation sans Blaise Compaoré ?

C'est ce lundi que prend fin le dialogue politique initié par le président du Faso et qui a réuni autour de la table les partis politiques de l'Alliance...

22/07/2019

On ne peut construire durablement sur du faux

Le Professeur Abdoulaye Soma n'a même pas déposé, au titre de l'année 2019, de dossier de candidature à un quelconque titre au Centre africain et malga...

19/07/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:34:47