Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Jeûne musulman : Impact économique sur les salons de coiffures, les cafés et restaurants

16/05/2019
00:00

Le temps du carême musulman, commencé le 6 mai 2019, est une période embarrassante pour les personnes travaillant dans les salons de coiffures féminines et les restaurants. Une période durant laquelle les femmes gardent leurs corps et cheveux les plus naturels, tant que possible.

 

En cette période d’abstinence, les salons sont vides; ainsi que les cafés et restaurants. Leurs chiffres d’affaires sont en baisse. «Mon salon de coiffure est vide et se vide davantage depuis le début du mois de Ramadan. Des fois, je me dis que le carême n’est pas le bienvenu. Pour nous qui vivons grâce au salon, c’est dur! Je fais avec les moyens de bord en ce moment », témoigne Angel, propriétaire du salon Les amies. Elle ajoute:«les comportements ont changé, il n’y a plus de baptêmes, ni de mariages grandioses, pouvant justifier une séance dans un salon de coiffure!». Pendant le mois de carême, les femmes se passent de tout maquillage considéré comme «source de tentations» et mettant par conséquent en péril leur jeûne. Dans la même veine, elles s’abstiennent de porter des mèches. Amina, propriétaire du salon "La joie" sis à Belle-ville, souligne: « ce temps est une période noire et difficile pour moi. Je suis obligée d’utiliser l’argent que j’ai économisé antérieurement afin de couvrir mes charges. Si je peux économiser sur l’argent que je dois dépenser dans ce mois, je vous assure que ça ne dépassera pas 30.000 FCFA. D’autant qu’il y a des jours où je ne sors pas! Cette année, j’espère gagner un peu plus que l’année d’avant, parce que j’ai eu une fille spécialisée dans les tresses naturelles. Donc pour cela, je nourris l’espoir de gagner un peu mieux. L’année passée durant le temps de jeûne, je suis restée avec 15.000 FCFA. Et cet argent, je l’ai eu dans la vente des pots pour le défrisage des cheveux et les pots que je fabrique moi-même. Mais, cela changera avec l’approche de la fête, où toutes les femmes cherchent à se rendre belles. Hormis le temps de carême, je peux encaisser 150.000 voire 200.000 FCFA par mois!».

Les cafés et restaurants

Le temps de carême semble être dur pour les restaurateurs aussi, et joue négativement sur les recettes quotidiennes. Si bien que certains cafés et restaurants sont contraints de fermer au courant de la journée, pour n’ouvrir que dans la soirée. Car le «retour sur investissement» n’est pas sûr, vu le nombre peu élevé de clients. Ce qui joue en leur défaveur, car ils sont supposés vendre les matinées et soirées pour encaisser de bonnes recettes.

P. Marie Madeleine KIENDREBEOGO/Stagiaire

 



22
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Après Naaba Sonré du Boussouma, c’est le Kupiendieli du Gulmu

Ils avaient plusieurs points en commun. D'abord, ils sont tous rois. Tous les deux trente-unième de leur lignée. L'un du Boussouma, l'autre du Gulmu. I...

19/08/2019

Gouvernement/Syndicats, l’échauffement en attendant la rentrée

Au cours d'une conférence de presse ce mardi 13 août 2019, l'Unité d'action syndicale (UAS) a taclé le gouvernement en le traitant de « méprisant » et ...

16/08/2019

Ce qui s’est passé à Youga est extrêmement grave

Suite à la mort d'une personne étrangère sur laquelle un vigile aurait tiré dans l'enceinte de la mine d'or de Youga, des populations énervées n'ont pa...

14/08/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:08:49