Infrastructures Qualité : Pour la valorisation des produits “Made in Burkina”

Le jeudi 16 juillet 2020 à Ouagadougou, le ministre  du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré a animé un déjeuner de presse sur l’Infrastructure Qualité.

Le ministère du Commerce, fait de la valorisation des produits du terroir son cheval de bataille

L’Infrastructure  Qualité est définie comme étant l’ensemble des éléments de la qualité visant la conformité d’un service ou d’un produit. Pour Harouna Kaboré, ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, elle sert de gage de confiance entre les producteurs et les consommateurs; et sert aussi à la fidélisation de la clientèle, à accroître les parts de marché et la notoriété des entreprises. Ce déjeuner de presse avait pour but de présenter aux différents consommateurs des produits locaux, les initiatives entreprises en matière de certification en vue d’accroître la qualité et la compétitivité de ces produits. Les premiers soucis du département du Commerce selon son premier responsable, sont, en plus de s’assurer que les biens et services produits localement répondent aux besoins et aux attentes des consommateurs, la protection de la santé et de la sécurité des populations, la réponse aux exigences du marché et la résolution des problèmes liés au développement des secteurs productifs. Cette rencontre sur l’Infrastructure Qualité est portée par l’Agence burkinabè de la normalisation, de la métrologie et de la qualité (ABNORM), l’Agence burkinabè des investissements (ABI), l’Agence pour la promotion des exportations du Burkina (APEX-Burkina) et le Centre national de la propriété industrielle (CNPI). Elle vise à promouvoir la qualité des produits “Made in Burkina “, à faciliter leur écoulement et accroître la notoriété des PME-PMI burkinabè. Selon Harouna Kaboré, l’Infrastructure Qualité est une source référentielle permettant d’améliorer la qualité des produits et services à l’échelle nationale et internationale, stimulant ainsi les entreprises et l’économie dans son ensemble. En aidant l’industrie du pays à respecter les exigences des marchés d’exportation, l’Infrastructure Qualité améliore la compétitivité de l’économie nationale et sa capacité à participer au commerce international et aux chaînes de valeur. « Avec la mise en place de l’Infrastructure Qualité, le Burkina Faso a pu améliorer ces dernières années ses performances à l’exportation, notamment sur les marchés très exigeants comme les États Unis, le Japon et l’Union européenne », souligne le ministre Harouna Kaboré. Et d’ajouter qu’en « 2000- 2018, le taux moyen annuel de croissance des exportations a été de 14,1%. Dans l’ensemble, la valeur des exportations en 2018 était 2,5 fois supérieure à celle de 2000 ». Dans le cas de la normalisation, « l’Infrastructure Qualité constitue un outil de compétitivité, car elle vise l’amélioration de la qualité des produits et services, en ce sens, 09 comités techniques de normalisation ont été mis en place, 732 normes ont été élaborées. Dans le cadre de l’initiative 100 produits à certifier, des actions d’envergure sont menées en vue de faciliter la certification des produits », souligne le ministre en charge du commerce.

Chrystelle MANKOUDOUGOU (Stagiaire)

Fermer le menu
ut vel, ut Praesent felis ultricies vulputate, Nullam velit, libero id Lorem