Au palais de justice :« J’ai vendu la chèvre sans demander l’avis de qui que ce soit »

S.M est né le 01/01/1993, il est domicilié à Bama, une commune située à une vingtaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso. Il est employé de commerce de profession, célibataire sans enfant. Il comparaissait devant les juges du tribunal correctionnel de Bobo-Dioulasso ce vendredi 12 janvier 2024 pour des faits de vol de volailles et de chèvre. A la barre, le prévenu reconnait entièrement les faits qui lui sont reprochés. Il explique ceci devant les Hommes en robe noire : « la première fois, c’est K.M, mon voisin du quartier qui a égorgé un de mes poulets quand j’étais absent. De retour à la maison, je l’ai remercié car ce qu’il a fait s’appelle du bon voisinage. Après un mois, j’ai soustrait un poulet du voisin K.M et une chèvre de la vieille du quartier car je faisais de l’élevage chez moi et je ne savais pas si le poulet et la chèvre leur appartenaient. S’agissant de la chèvre, elle est rentrée dans ma concession et à causer des dégâts au niveau des ustensiles de cuisine de ma femme. Je l’ai attrapée puis j’ai opté à ce que le propriétaire vienne payer les dégâts ou soit je vends la chèvre. Malheureusement pour moi, j’ai vendu la chèvre sans demander l’avis de qui que ce soit ».
Après le jugement, le tribunal a condamné S.M à une peine d’emprisonnement de 24 mois dont 12 mois de prison ferme et une amende de 500.000FCFA assortie de sursis.

Annaïsse PAKOTOGO/ stagiaire

Fermer le menu
nunc quis Phasellus neque. velit, mattis et, tristique lectus