CAN Junior 2021 : Les Etalons quittent la compétition avec beaucoup de regrets

Attendus en ces quarts de finales de la CAN Junior Mauritanie 2021, les Etalons du Burkina Faso, ne continueront pas l’aventure. Face au «Crânes» d’Ouganda, les jeunes burkinabè ont été  battus à la séance des tirs aux buts 5-3. C’est avec beaucoup de regrets que le coach Oscar Barro et ses protégés quittent la compétition à ce stade. Que peut-on retenir de la participation des Etalons juniors à cette CAN.

Battus lors des séances de tirs aux buts, les Etalons juniors n’ont pas démérité

Au bout du suspens, des émotions et des regrets, les Etalons juniors sont éliminés de la CAN 2021. Les protégés du coach Oscar Barro ont, pendant 120 minutes, mouillé le maillot. La défense des jeunes Etalons est restée intraitable et imbattable pendant les phases de jeu. Il a donc fallu la fatidique séance des tirs aux buts pour départager Burkinabè et Ougandais. Si chez les Ougandais, Kakooza Derrick, Namibie Yiga, Ivan Bogere,  Kinda Bukenya et Kenneth Semakula ont réussis  leur tir, chez les Etalons Eric Chardey,  Karamoko Bamba, Ousmane Diané en ont fait pareil. Seul Yacouba Nasser Djiga ne réussira pas son tir. Ainsi les Etalons juniors quittent la CAN 2021, battus aux tirs aux buts  par l’Ouganda 5-3.  Les nôtres nourriront beaucoup de regrets,  car il y avait de la place pour la victoire. Des regrets des occasions manquées qui allaient  faire la différence, comme ce coup franc de Joffrey Bazié qui frôle la barre transversale des Ougandais (37mn). Dans l’ensemble on peut retenir que la défense  des Etalons a été plus solide, après avoir encaissé un seul but en 4 matches. Ainsi comme au tournoi UFOA B, le duo Nasser Yacouba Djiga et Yashir Moustapha  Ouédraogo a tenu son rang. C’est un duo d’avenir sur lequel le Burkina Faso  pourra compter. Les Etalons pourront aussi compter sur des joueurs d’avenir comme Eric Chardey,  le latéral droit qui s’est révélé excellent au fur des matches. Il a encore une marge de progression. Il y a aussi le virevoltant Joffrey  Bazié, deux fois homme du match contre la Centrafrique  et l’Ouganda.

Jean Fiacre Botué Kouamé n’a pas eu le temps nécessaire pour montrer l’étendue de son talent

L’équipe d’Oscar Barro a beaucoup de milieux créatifs de la trempe de Salifou Diarrassoubou. Devant, même si l’attaque a été bien tranchante à quelques moments, la présence de Feysal Tapsoba et surtout  son association avec Jean Fiacre Botué Kouamé, allait donner plus de tonus. Les deux joueurs cités n’ont pas été libérés par leur club.

Oscar Barro affirme avoir gardé Ibrahim Bancé sur le terrain parce qu’il distille les derniers ballons avec précision

 

Le coach Oscar Barro a dû faire sans eux. Il ne faudra pas jeter le bébé avec l’eau du bain, comme on aime le dire. Oscar Barro pourrait continuer avec l’ossature des joueurs qui resteront toujours dans cette catégorie.

Les propos d’après match

 

Le coach Oscar Barro

Je suis déçu parce qu’on méritait de passer ce cap. Ce soir on avait de la place pour accéder a la demi-finale, malheureusement la route s’arrête là. En termes de bilan, il faut positiver sur certains aspects sur le plan de jeu. Nous avons déjà un plan de jeu que les jeunes qui doivent rester, comprennent déjà.  Ils sont entrain de comprendre la culture tactique et même la philosophie de jeu que nous essayons d’imposer au niveau de la formation des petites catégories en sélection. D’autre part, c’est une grande expérience, même pour l’encadrement technique. On ne peut que construire que sur des acquis. Nous allons profiter de l’expérience que nous avons eue ici pour construire l’avenir.

Hamed Ouattara, joueur

Nous avons donné  le meilleur de nous-mêmes pour cette rencontre. Comme c’est le football, tout pouvait arriver. On n’a pas mérité  cette défaite, parce que nous avons très bien joué. La faute de jeu était claire et nette. Il y avait bien penalty. Mais l’arbitre n’est pas revenu sur ça. C’est le football et nous sommes entrain d’apprendre.

Kamou Malo Superviseur général des équipes nationales

Dans l’ensemble, c’est bilan positif. Nous n’avons pas à rougir, même si nous voulions aller au bout de cette compétition et ramener le trophée. On s’est arrêté en quart de finale et aux tirs aux buts. Ça fait partie du jeu. On est éliminé aux tirs aux buts, mais je retiens quelque chose de positif. Quand je vois cette équipe Junior jouer, ça donne beaucoup d’espoir.

Vu et entendu au stade Cheikha Boidiya de Nouakchott

Des gradins en préfabriqué :

Les Etalons ont joué  tous leurs matches de cette CAN Junior 2021 au stade Cheikha Boidiya de Nouakchott.  Un stade d’une capacité  de 8200 places. C’est le deuxième  stade de la capitale mauritanienne. C’est un stade particulier homologué par la Confédération africaine de football pour abriter des matches de la CAN Junior 2021. La particularité de ce stade, c’est qu’en dehors de la tribune officielle, les autres tribunes sont en préfabriquées. Une idée qui pourrait servir au Burkina Faso afin de faire normaliser certains stades comme le stade Wobi, le stade Municipal de Banfora pour ne citer que ceux-là.

Kamou Malo et le chef du matériel des Etalons à  pas de course dans les vestiaires

A la fin des prolongations, tout le monde était surpris de voir le superviseur général des équipes nationales du Burkina Faso, et le chef du matériel des Etalons juniors, partir à pas de course en direction des vestiaires. Pour les membres de la délégation,  c’était juste pour implorer les mânes des ancêtres afin que les Etalons juniors  gagnent cette partie des tirs aux buts. Ils sont tous revenus juste avant la séance, avec un carton d’eau pour le chef du matériel et les mains vides pour Kamou Malo.

L’arbitre dans les vestiaires jusqu’au départ de toutes les délégations

La fin du match Burkina Faso-Ouganda a été un peu palpitante pour l’arbitre Camerounais Ngwa Yuven. En effet, l’encadrement des Etalons juniors voulait avoir une explication sur le fait de jeu où il y a la main dans la surface de réparation d’un défenseur ougandais.  Ce dernier a refusé de siffler expliquant aux joueurs burkinabè que s’était « une main naturelle ».  Mais, qu’est ce qu’une main naturelle dans le football ?

Le coach ougandais n’a pas manifesté sa joie

Après la victoire de son équipe contre les Etalons du Burkina Faso  aux tirs aux buts, on retrouvait l’entraîneur de l’Ouganda Morley Byekwaso en conférence de presse d’après match. Il n’a pratiquement pas manifesté sa joie d’être qualifié pour le dernier carré de cette CAN Junior.  Tout au contraire il a passé le temps à vanter les talents de son adversaire du jour, les Etalons qui selon lui n’ont pas démérité. Il ajoutera que c’est une équipe de qualité.

Firmin OUATTARA

Envoyé spécial à Nouakchott

Fermer le menu
dictum neque. et, mattis Praesent diam vel, Aenean sem, efficitur.