Bobo-Dioulasso : L’ambassadrice du Canada visite des projets

La matinée de ce mercredi 17 mars était chargée pour McQueen Carol, ambassadrice du Canada au Burkina Faso, en séjour à Bobo-Dioulasso. Et pour cause, il fallait visiter des projets financés par son pays dans la ville du Dafra.

Echanges entre l’ambassadrice du canada et le maire de Bobo

Avant d’aller sur le terrain, l’ambassadrice et sa délégation ont été reçues par le maire de la commune de Bobo-Dioulasso qui avait à ses côtés certains de ses plus proches collaborateurs. Pendant une trentaine de minutes, les deux délégations ont passé en revue les investissements canadiens à Bobo-Dioulasso, notamment à travers le Programme des Partenaires municipaux pour l’innovation/Développement économique local (PMI/DEL) financé par le gouvernement du Canada. La mise en œuvre de ce programme se fait sur trois thématiques à savoir le milieu propice, le développement économique inclusif et le développement économique régional. Le programme intègre également la dimension réduction des inégalités hommes-femmes, la protection de l’environnement et la gouvernance locale. Son principal but est d’améliorer la prospérité économique locale pour les populations marginalisées que sont les femmes et les jeunes. A travers leur autonomisation économique.

Après le maire de la commune, c’est le gouverneur de la région Antoine Atiou qui l’a reçue et a échangé avec elle sur des questions d’actualité liées à sa région et les possibilités d’investissement de son pays dans cette partie du Burkina.

Visite du projet d’agriculture urbaine de maraîcher-culture sur la trame du secteur 25

L’ambassadrice s’est ensuite rendue sur deux sites de projets communautaires aux secteurs 24 et 25. Au secteur 25, il s’est agi de visiter le projet d’agriculture urbaine de maraicher-culture sur la trame verte dudit secteur. Un projet de production de légumes conduit par des femmes et des jeunes qui disent tirer leur épingle du jeu. Car, il leur permet de se nourrir, mais également d’avoir des revenus pour leurs familles. Mais, le manque d’eau constitue pour eux une grande préoccupation. Car avec l’extension de la superficie qui est prévue, le seul château d’eau alimenté par l’énergie solaire ne suffira pas. Au secteur 24, l’ambassadrice a rendu visite à l’association Yirinafa qui produit des plants et fait de la transformation de produits maraichers.

L’ambassadrice s’est dite satisfaite des efforts faits par les membres de ces associations pour réussir tous ces projets. Sans rien promettre, elle a exhorté les bénéficiaires à se battre davantage pour leur propre bien-être.

Séri Aymard BOGNINI

Fermer le menu
ante. quis Aliquam justo leo Nullam ultricies sed suscipit Donec