Corruption électorale : Six partis épinglés par le REN-LAC

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a organisé un déjeuner de presse ce 11 février 2021 à Ouagadougou. L’objectif est de présenter à la presse le rapport sur l’observation de la fraude et de la corruption lors des élections couplées du 22 novembre 2020.

Nakanabo Sagado demande aux populations de refuser et de dénoncer toute forme de corruption électorale

C’est dans un contexte difficile marqué par la crise sanitaire et sécuritaire que le REN-LAC, organisation de la société civile, s’est engagé dans l’observation des élections en vue de contribuer à la lutte contre la fraude et la corruption électorale. L’objectif du REN-LAC est de documenter les différents aspects de la corruption électorale. Au terme de cette observation, ce sont 439 pratiques de corruptions qui ont étés décelées, dont 314 cas en observation directe et 125 cas de témoignages. Pour le secrétaire exécutif du REN-LAC, Nakanabo Sagado, ces cas de corruptions sont le plus souvent la distribution d’argent aux potentiels électeurs (43%), la distribution de carburant (16%), la distribution de tee-shirts avec ou sans l’effigie du parti (14%), des dons en nature (14%) ainsi que l’utilisation de biens de l’État à des fins de campagne électorale (5%). Autre actes de corruption observés sont des cadeaux aux leaders d’opinion, le transfert et le transport des électeurs pour s’inscrire sur une liste électorale ou pour voter, l’intimidation d’électeurs constituent (8%).

Plusieurs partis politiques sont impliqués dans ces pratiques de corruptions. Il s’agit du MPP avec 46,9%, suivi du CDP 10,3%, de l’UPC (7,3%), du RPI (5,5%), Agir Ensemble (5,5%) et du NTD 3,2%. Les six partis  ayant le plus utilisé le mauvaise pratiques au cours de la pré-campagne et la campagne sont ceux ayant obtenu le plus de voies lors du scrutin. Par ailleurs pour le REN-LAC, ces élections ont étés marquées par la violation du Code électoral, le manque de transparence dans le recrutement des agents électoraux, ainsi que la mise en cause dans certains endroits du droit de vote des citoyens. Au regard de ces manquements, des recommandations ont été faites, notamment l’adoption d’un comportement responsable, l’éducation et la sensibilisation des militants pour lutter contre la corruption.

Awa Cécile BANGARE

Fermer le menu
odio libero felis libero leo Donec diam