Éducation dans les Cascades : Diagnostiquer les maux pour mieux préparer l’avenir

Le samedi 10 décembre 2020 a eu lieu le forum sur l’éducation nationale dans la région des Cascades. Un forum organisé par la direction régionale en charge de l’éducation pour pouvoir donner un autre visage à l’éducation dans la région.

Malgré les efforts consentis, les résultats scolaires de ces dernières années dans la région des Cascades suscitent beaucoup d’interrogations. Au regard de cela, le directeur régional en charge de l’éducation, Soiliou Karantao a décidé de faire un diagnostic des problèmes. D’où la tenue de ce forum sous le thème : « Fonctionnement du sous-système d’éducation préscolaire, primaire et non formelle : état des lieux et perspectives ». Ainsi, une analyse sans complaisance a été faite sur les forces et les faiblesses de l’éducation dans la région, sous le regard du patron de la cérémonie le ministre en charge des Sports Issouf Sirima et du gouverneur des Cascades, Jean Charles Somé.

Selon le gouverneur Jean Charles Somé qui a présidé ce forum, « à travers ce forum nous voulons diagnostiquer ce qui ne va pas au niveau de l’éducation, pourquoi la faiblesse des résultats scolaires ? Tous ensemble, nous allons voir ce qui ralentit ces résultats. Nous allons donc échanger et trouver des solutions ».

Le Secrétaire général du ministère en charge de l’éducation nationale, Ibrahima Sanou a apprécié cette initiative de la région des Cascades. « C’est une occasion pour tous de se pencher sur les problèmes qui minent l’éducation et de proposer des solutions. Ce sont des occasions qui permettent de relever le niveau de l’éducation », a-t-il soutenu.

Aux dires du DR Soiliou Karantao, « depuis plusieurs années on remarque qu’au niveau des résultats scolaires dans les Cascades, ça ne va pas, il y a beaucoup problèmes. C’est pourquoi il faut s’arrêter un peu pour réfléchir, voir quels sont les problèmes sur le plan de la gestion et du pilotage du système et sur le plan des rapports humains entre les enseignants et leur hiérarchie. Il y a également l’insécurité au niveau de Mangodara, Sidéradougou ».

Besseri Frédéric OUATTARA/ Banfora

Fermer le menu
libero ut nunc odio venenatis suscipit leo Praesent luctus