Fondation EBOMAF : « Le droit d’être nourri, le droit de manger »

La Fondation EBOMAF a fait un important don au profit des déplacés internes de la Boucle du Mouhoun. Ce geste est composé de 101 tonnes de vivres, de médicaments et d’un chèque de 10 millions FCFA. La cérémonie de remise est intervenue le 15 janvier dernier à la place Melon gare en présence des autorités de la région.

87 tonnes de riz, 14 tonnes de farine, des médicaments et un chèque de 10 millions FCFA. C’est le don fait par la Fondation EBOMAF aux déplacés internes de la Boucle du Mouhoun. Ce geste vient traduire la solidarité de la Fondation à l’endroit de ces personnes qui ont quitté leurs localités au regard d’une insécurité sans précédent.

La Boucle du Mouhoun, à l’instar de plusieurs autres localités du pays, fait face depuis quelques années à une crise sécuritaire qui a entrainé un déplacement massif des populations des villages à la ville. Selon les autorités, le nombre de déplacés est estimé à 84 948 au 31 octobre 2022. Reconnue pour être le grenier national, la Boucle du Mouhoun paie le prix fort de cette douloureuse situation. Celle-ci ayant fortement compromis la production agricole et l’alimentation des habitants.

Afin de contribuer à l’effort de guerre et donner à nouveau de le sourire et de l’espoir aux déplacés internes, le Groupe EBOMAF est résolu à alléger, tant soit peu, le fardeau de nos compatriotes qui éprouvent d’énormes difficultés à se nourrir. Cette remise de don placée sous le thème : «L’accès aux vivres, un droit fondamental pour tous », s’inscrit dans les œuvres humanitaires de la Fondation EBOMAF.

« Nous avons décidé de venir à Dédougou ce dimanche pour aider la population, car nous voulons jouer notre part active dans ce que vit aujourd’hui la Boucle du Mouhoun », a indiqué Salimata Bonkoungou, Directrice Générale de la Fondation EBOMAF. Pour elle, l’accès aux vivres est un droit fondamental, la symbolique donc de ce don de vivres est le droit d’être nourri, le droit de manger.

 « Ce don vient à point nommé pour soulager nos populations démunies, nos populations en détresse », a confié Aimé Sosthène Coulibaly, un des bénéficiaires. Pour lui, la première difficulté des déplacés, c’est le problème de l’alimentation. « La seconde difficulté que vivent les PDI, c’est le problème de santé. S’il faut, pour un déplacé interne, payer son loyer, payer à manger, payer les condiments et faire face aux frais de scolarité, nous voyons tous que c’est vraiment trop et les populations souffrent », a-t-il confié.

« Nous ne savons pas par quels mots témoigner de notre reconnaissance à ce prestigieux groupe, le groupe EBOMAF », a indiqué Babo Pierre Bassinga, gouverneur de la Boucle du Mouhoun. Qui a fait savoir que ce geste est une preuve de « miséricorde, de compassion et d’empathie vis-à-vis de toutes ces personnes qui ont été contraintes de quitter leurs terroirs pour se trouver à Dédougou ».

Le gouverneur a indiqué que la répartition des vivres sera faite de façon judicieuse, avec le concours des autorités administratives, notamment celles en charge de l’Action humanitaire.

En rappel, en mars 2022, la Fondation EBOMAF a mis à la disposition du ministère de la Solidarité et de l’Action humanitaire, une enveloppe de 200 millions F CFA pour l’achat de vivres au profit des personnes déplacées internes de la région de la Boucle du Mouhoun.

Ce geste vient encore affirmer un acte de solidarité nationale et un engagement patriotique de la part du Président-Directeur-Général du Groupe EBOMAF, Mahamadou Bonkoungou.

Arnaud Lassina LOUGUE/Correspondant

Fermer le menu
libero. Praesent risus. tempus efficitur. Phasellus felis Praesent libero