Mouvement d’humeur à BARADJII : «Personne se sera privé de ses droits légaux…» Selon l’administrateur général, Christian Niamien

Le vendredi 12 février 2021, l’administrateur général de la société burkinabè de filaires alimentaires (SBFA), Christian Niamien, a animé un point de presse relatif au mouvement d’humeur de certains employés le lundi 8 févier dernier.

Produit de qualité pour le meilleur des fidèles clients et partenaires

Pour l’administrateur général de la société burkinabè de filaires alimentaires (SBFA), Christian Niamien, depuis plus de trois ans, l’entreprise enregistre des difficultés financières assez conséquentes. « Une telle situation est consécutive à la baisse de nos vente, liée à une crise sécuritaire exacerbée, des années de fortes pluviométrie, tandis que nos charges structurelles se sont maintenues a un niveau élevé. Pire, le contexte de Covid-19 a freiné notre élan de croissance sur l’exercice  2020 » a précisé l’administrateur général. Il était donc impérieux, selon lui, de mettre en place un plan de sauvetage de concert avec les partenaires sociaux pour éviter la catastrophe totale à l’entreprise.

La SBFA se veut être un acteur pourvoyeur d’emplois directs et indirects de 1 et plan

De façon concrète, il s’agit de revoir la stratégie de fonctionnement pour redresser la barre de la rentabilité et sauver aussi bien l’entreprise que les fonctions. L’administration général a en plus d’un plan de relance des ventes et de réduction de charges opérationnelles, entrepris une restructuration passant par un processus de licenciement pour motif économique bien encadré par l’inspection du travail et par la loi.

Ce que le plan de restructuration propose

Le plan de restructuration propose que l’effectif permanent passera de 240 à 170 personnes. Sur ces 240 personnes, 230 soit 96% continueront à travailler dans l’activité de BARADJII.

“Nous présentons nos excuses à nos différents partenaires et clients pour tous les désagréments”

Pour ce qui concerne les journaliers, il s’agira simplement d’une gestion externe. La SBFA a pu élaborer des accords avec les prestataires de services de sorte à offrir plus d’opportunité, d’expérience et de formation aux équipes. «Nous tenons à rassurer l’opinion publique et l’ensemble de nos partenaires sur notre responsabilité sociale et notre souci de ne pas laisser notre personnel dans la rue. Par ailleurs la 100% de l’effectif des journaliers continueront à travailler à la SBFA. Ils ne seront donc pas dans la rue » a indiqué Christian Niamien. Et personne ne sera privé de ses droits légaux car l’administration travaille en collaboration avec les partenaires sociaux internes et étatiques selon la législation en vigueur. « Ce n’est pas l’individu ni l’ancienneté qui sont visés ici mais les postes dont la modification peut permettre à l’entreprise de ne pas fermer. Nous déplorons malheureusement une mauvaise perception et extrapolation malgré tous les efforts de communication pour rassurer nos collaborateurs » a renchéri l’administrateur général.

Offrir des produits de bonne qualité

«Nos commandes préalablement engagées à bonne date ont été sujettes à des retards et perturbations des transports maritimes et aériens du fait de la pandémie à Covid-19. Cette situation était totalement indépendante de la volonté de l’administration générale» a laissé entendre l’administrateur général, Christian Niamien. Des efforts supplémentaires ont été déployés à tour de bras pour recevoir l’arôme et la production a bel et bien redémarré le 9 février 2021. Cette rupture a causé un ralentissement des activités internes. Et la société a enregistré une baisse de vente et les partenaires en ont été surtout impactes. La SBFA a œuvré à améliorer son processus de fabrication afin d’offrir des produits de bonne qualité pour le meilleur de ses fidèles clients et partenaires. Elle reste fidèle à son slogan «encore plus d’énergie pour tenir longtemps». Cette promesse est étroitement liée à l’amélioration de la qualité du produit.

La Société burkinabè de filaires alimentaires (SBFA), est une entreprise spécialisée dans la production et la commercialisation d’eau aromatisée et de jus naturels, sous la marque BARADJII. Elle a été créée en 2011 et emploie directement près de 600 personnes sur ses sites de production de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Le ralentissement des activités a occasionné un mouvement d’humeur de certains employés, qui ont manifesté leur mécontentement le lundi 8 février 2021. Il faut préciser que depuis quelques jours, l’eau aromatisée « BARAJII Fraise » n’était pas disponible dans les différents points de vente. Cette situation a occasionné des désagréments d’approvisionnement sur l’ensemble du territoire auprès des grossistes, semi-grossistes et détaillants.

Jules TIENDREBEOGO

Fermer le menu
venenatis, massa libero Aliquam Phasellus id ut ut suscipit ut venenatis