Parentée à plaisanterie : Quand Yaadcé et Gulmancé se retrouvent

La première édition de la parentée à plaisanterie entre Yaadcé et Gulmancé a eu lieu le 31 janvier 2021 à Koubri, dans la commune rurale de Ouagadougou. Elle était placée sous le parrainage de Mathias Tankoano, président du Conseil supérieur de la communication et Irma Sawadogo, épouse du président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina.

Le parrain esquissant des pas de danses du terroir Gulmancé

Favoriser l’intégration entre les peuples, tel est l’objectif de cette journée initiée par Adèle Madiega/Gansoré, responsable de espace Fly. A travers cette journée, la promotrice entend apporter sa touche pour le vivre ensemble. Pour cette première édition, c’est la communauté Gulmancé qui a été à l’honneur. L’édition a été marquée par des prestations d’artistes, des danses du terroir et des prestations de pratiques culturelles notamment la géomancie. Pour Adèle Madiega/ Gansoré, il est important de perpétuer les valeurs ancestrales. « La parentèle à plaisanterie est une grande force que nous avons. Si tu voyages et que tu rencontres un parent à plaisanterie, tout de suite ce que tu as comme problème, il sera prêt à t’aider. Il est interdit, de ce qu’on sait, pour deux parents à plaisanterie de se disputer. De nos jours, de plus en plus, les enfants ne connaissent plus ça. Il faut qu’on travaille à ce que cette valeur perdure », suggère t- elle. Cette journée a vu la participation de certaines autorités politiques telles que l’ancien ministre de la Culture, Abdoul Karim Sango, du ministre de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo, et du directeur du protocole d’État, Raymond Balima. L’initiative a été saluée par le parrain, Mathias Tankoano. A l’image de la promotrice, le président du Conseil supérieur de la Communication, a indiqué qu’il est obligatoire de perpétuer cette coutume qui a été légué par les ancêtres.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
libero in libero facilisis libero. suscipit leo. id dapibus nunc Curabitur