Présidentielle 2020: A Bobo, Les militants promettent un « Tako Kélé » à Roch

En prélude au lancement officiel de sa campagne électorale, le candidat du MPP à la présidentielle a rencontré ce jeudi 5 novembre, les forces vives du parti à Bobo-Dioulasso. 

Au Centre du présidium, Roch Marc Christian Kaboré s’adressant aux forces vives rassemblées

Les échanges ont porté sur le bilan des réalisations effectuées au cours du premier mandat et les doléances qui attendent d’être concrétisées. En conclusion, le mouvement politique se montre optimiste pour un tako Kélé, (coup KO) le 22 novembre prochain.

La veille, mercredi 4 novembre, c’est une procession de véhicules automobiles et autres engins à deux roues aux couleurs du MPP qui a fait le tour de la citée de Sya. Ce jeudi 5 novembre, une rencontre entre le staff de campagne du candidat avec les forces vives en phase avec le programme du candidat Rock Marc Christian Kaboré a eu lieu au centre Muraz de Bobo. Rencontre dirigée par le candidat en personne, en prélude au lancement officiel de la campagne électorale MPP prévu dans la soirée au stade Sangoulé Lamizana. Roch a écouté chaque représentant des forces vives exposer l’ensemble des préoccupations des populations de la région des Hauts-Bassins. Et leur soutien pour sa réélection. Après les avoir écoutés, Roch Marc Christian Kaboré leur a répondu en exposant les défis face au contexte éprouvant des attaques terroristes au cours des cinq années écoulées et du coronavirus apparu cette année. Il leur a réaffirmé sa détermination à mener à termes les projets entamés dans la limite des moyens de l’État. Il a tenu un langage optimiste pour le futur et lancé aux militants que le un coup KO est possible cette fois aussi. Il n’a pas manqué de fustiger l’attitude jugée ”honteuse” de certains adversaires politiques qui devraient penser à la cohésion nationale autours des défis sécuritaires communs au lieu d’en faire un thème de campagne. Une minute de silence a été observée à la mémoire des Burkinabè tombés dans le combat contre l’insécurité ces années passées.

Sibiri SANOU

Fermer le menu
luctus eleifend Praesent elit. fringilla elementum justo nunc efficitur. ut