Anne Paré : « Pour entreprendre, il faut porter la réflexion sur ce qu’on veut faire… »

Anne Paré est notre invitée de la semaine. Mariée et mère de trois enfants, Anne Paré est promotrice de deux entreprises. Il s’agit notamment de Nobel Communication, une entreprise qui excelle dans le domaine de la communication promotionnelle dans le digital, et de « Inspiration » qui est un bar à gratin et lasagnes et fait également des pauses café, des repas de cérémonie. Allons à sa découverte.

Quand on n’est pas prêt, on n’entreprend pas, quand on est guerrier, on entreprend

Parlez-nous de Nobel Communication

Nobel Communication est une agence de communication qui existe depuis 4 ans. Elle est née après maintes reprises d’entreprenariat. On essaie d’être sur le marché professionnel, mais ce n’est pas aussi aisé surtout quand on est un peu limité en études. Du coup, j’ai commencé à entreprendre en faisant des jus, des gâteaux, la cuisine, où j’avais du mal à me lancer.  Mais avec Facebook, j’ai pu avoir une côte de popularité, les gens m’ont fait confiance. Du coup je me suis dit, pourquoi ne pas créer une agence de communication comme c’est aussi mon domaine. Hormis le digital, j’ai été plusieurs fois présentatrice télé, animatrice radio. Je me suis promenée un peu partout. J’ai commencé à BF1 Télé, j’animais une émission matinale. Ensuite, je suis allée à Burkina info, là-bas également c’était une émission matinale. A la radio, j’ai commencé à Radio jeunesse, puis Horizon FM, Ouaga FM, optima FM, Femina FM. Je faisais aussi les animations podiums, les animations de cérémonies, de mariages. Donc je me suis dit, pourquoi ne pas me lancer pour aider ? D’abord, l’objectif c’était pour aider les jeunes qui entreprennent à se faire connaitre. Ainsi, Nobel communication est venue avec création de logos, visuels descriptifs, de pagnes. En son temps, c’était à 15 mille FCFA pour la conception d’un logo, d’un visuel descriptif ou d’une page professionnelle et puis un accompagnement. J’ai vu que ça aidait vraiment beaucoup de jeunes qui voulaient se battre. Comme c’est mon domaine, j’ai décidé d’accentuer en allant sur plusieurs volets : la communication promotionnelle, on fait le lancement des produits, des activités de l’entreprise et puis comme notre slogan le dit, on apporte un sourire dans les affaires des uns et des autres.

Et Inspiration ?

Inspiration, c’est comme son nom l’indique. On s’inspire en cuisine. C’est plus le bar à gratin et lasagnes et les jus diététiques. Vu tout ce qu’on a déjà comme boissons gazeuses, alcoolisées, J’ai pensé qu’à certain moment donné, il serait idéal de consommer des produits natures qui puissent permettre d’épurer l’organisme. Du coup,   je suis rentrée dans mes petites compositions. Egalement, mon papa adore faire ce genres de choses. Je le suivais dans ce qu’il faisait. Et on est rentré dans la production des jus detoxes, ananas, aloès Vera. Pour le bar à gratin, j’avais constaté que les gens aiment tellement le gratin. C’est un repas qui coûte cher dans les restaurants. Ainsi, je me suis dit, pourquoi ne pas le mettre sur le marché afin plus de gens découvrent le gratin et permettre à toutes les couches de s’en servir. J’ai donc commencé les gratins à 1000 FCFA et cela a pris. Les gens ont aimé. Il y a d’autres petites recettes que je fais comme le chou farci. Dès que je suis inspirée, je mets une recette et je plaque en ligne et je fais le commerce. Quand je fais quelque chose à la maison et que c’est bon, je me dis pourquoi ne pas le proposer à mes clients. Inspiration existe depuis 6 ans.

A travers l’entreprise, vous comptez contribuer à réduire le taux de chômage dans votre pays. Parlez-nous de vos collaborateurs.

J’ai une dizaine de personnes avec qui je travaille. Mais j’ai trois avec mon sur place. On a des employés qui sont là de façon régulière, j’en ai deux. Les autres viennent en modes contrats. Il y a cinq qui m’aident au niveau de la cuisine et l’entretien. Il y a mon collaborateur qui travaille directement avec moi pour la gestion des pages. Parce que Nobel communication, c’est la gestion des pages en ligne. Je travaille avec d’autres infographes quand je suis trop prise.

Comment arrivez-vous à allier vie professionnelle et vie familiale ?

Tout se passe bien. Tout le monde travaille avec moi en même temps.  Parce exemple quand je crée une page, les enfants invite leurs amis à aimer ces pages. En fait, je fais la part des choses, j’ai des heures de travail, des heures pour la famille.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans vos entreprises ?

Entreprendre n’est pas donné à tout le monde. Parce que quand on parle de partir de zéro, ce n’est pas vrai. Il y a un minimum. La difficulté est surtout au niveau du financement. Si les institutions financières pouvaient décongestionner leurs règlementations pour offrir les prêts, ça allait nous aider, sinon c’est compliqué. Parce que pour entreprendre, te demande même déjà d’avoir le 1/3 du montant du prêt.  Donc imaginons un jeune qui vient de finir ses études et veut entreprendre, c’est compliqué. Il y a des grandes entreprises aussi qui sous-estiment. Elles peuvent lancer un avis d’appel d’offres de service, mais quand on arrive, elles n’ont pas l’habitude de travailler avec nous, et préfèrent travailler toujours avec les anciennes personnes. On ne nous donne pas l’occasion de montrer ce qu’on sait faire. Il y a aussi nos devanciers qui n’ouvrent pas de brèche pour qu’on puisse s’inspirer d’eux.

Quelles sont vos perspectives ?

Jusqu’à présent, j’ai toujours été satisfaite, j’en remercie Dieu. Les perspectives, c’est d’être toujours au cœur du sourire des affaires de nos clients, toujours aider les jeunes qui veulent se lancer en faisant un travail de qualité, mais à petit prix. Et pourquoi pas à la suite créer une web TV pour Inspiration avec les différentes recettes.

Quels conseils avez-vous pour les jeunes femmes qui veulent entreprendre mais qui hésitent ?

Avoir confiance en soi. Car il y a beaucoup qui se sous-estiment. Et elles passent le temps à cogiter sans se lancer. Et surtout, on ne se lance pas forcement dans une affaire parce que telle ou telle personne a fait et ça a marché. Il faut d’abord porter la réflexion sur ce qu’on fait, et choisir des activités qui nous plaisent. Parce que, quand ça nous plait, rapidement, on excelle. Il faut faire une étude de marché pour mieux cerner le domaine dans lequel on veut se lancer et avant de se lancer. Parce que si on se lance sans planification, on va divaguer. Il y a surtout beaucoup de courage. Car, peut tomber à maintes reprises. Quand on tombe, ça ne veut pas dire que c’est fini. Ça doit être une leçon. Il ne faut pas avoir honte aussi de repartir sur une nouvelle base.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
pulvinar non libero sit quis, leo. efficitur. suscipit ipsum neque. elit.