Au palais de Justice : Elles abusaient de la charité des gens avec de «fausses» ordonnances

Trois femmes sont condamnées à 03 ans de prison ferme par le tribunal correctionnel pour des faits d’abus de la charité des gens et de vols multiples dans la ville de Bobo-Dioulasso. L’audience s’est tenue le lundi 06 décembre 2021.

Les faits datent du mois de novembre 2021. Au début, il ressort que les prévenues ciblaient les lieux publics avec des ordonnances médicales pour abuser de la charité des gens. En effet, ces femmes se présentent dans ces lieux avec des ordonnances médicales et se comportaient comme des nécessiteuses qui ont besoin d’aide. C’est dans ces conditions qu’elles arrivent à convaincre les gens à leur remettre les frais pour payer les ordonnances. Alors qu’en réalité, ce sont des « fausses » ordonnances.

Par la suite, les trois prévenues se sont lancées dans le vol multiple dans les boutiques. A ce niveau, leur mode opératoire consistait à tromper la vigilance du boutiquier. Par exemple, lorsqu’elles prennent pour cible une boutique, une fait semblant de rentrer dans les toilettes en suivant le mouvement du boutiquier. Dès que le boutiquier rentre dans les toilettes, elle fait signe aux autres qui se comportent à leur tour comme des clients pour mener l’opération. Les objets volés dans le cas d’espèce, sont essentiellement des téléphones portables (système androïde) et des sacs contenant des sommes d’argent.

Une enquête de la police a permis de mettre la main sur le réseau qui s’était spécialisé dans le vol. Au moment de l’instruction et à la barre, les prévenus ont reconnu partiellement les faits qui leurs sont reprochés. Le parquet a estimé que ces faits sont suffisamment graves, car toutes les prévenues sont des mères censées donner une bonne éducation aux enfants. «Et si ce sont elles qui se comportent de la sorte, quelle image donneraient ces femmes à la société burkinabè», se demande le parquet.

Dans ses réquisitions, le parquet a demandé au tribunal de maintenir toutes les prévenues dans les liens de la prévention et de les condamner à une peine d’emprisonnement de 03 ans et une amende d’un million FCFA, le tout ferme. Le tribunal a suivi le parquet dans ses réquisitions en condamnant les prévenues à une peine d 03 ans de prison et une amende d’un million FCFA, le tout ferme.

Ben Alassane DAO

Fermer le menu
ut consequat. commodo id, quis mattis leo efficitur. ut diam