Cantonnât de Gaoua : Le dolo et le vin pour invoquer les esprits des ancêtres contre le terrorisme

Il s’est tenu au cantonnât de Gaoua, une rencontre entre Sa Majesté Bifaté 2, le chef de canton et les communautés locales. Prestation de serment coutumier, rites traditionnels, pour l’accompagnement des ancêtres dans la construction d’une paix durable à Gaoua, voire dans la région du Sud-ouest, ont été les temps forts de cette rencontre.

Dans le but de renforcer le vivre-ensemble, la cohésion sociale et contribuer à bouter l’extrémisme violent hors de la région du Sud-ouest, le chef de canton de Gaoua,  Sa Majesté Bifaté 2, répond à l’appel du chef de l’Etat burkinabè. Sur instruction de Bifaté 2, les différentes communautés vivant à Gaoua se sont retrouvées le vendredi 09 septembre 2022 au cantonnât.

Lors de cette rencontre, les communautés ont fait une prestation de serment coutumier dans le but de véhiculer des messages de paix à l’attention de leurs parents à plaisanteries de la région. Dans ce rituel, les gardiens de la tradition ont utilisé l’eau de boisson, l’eau aigre utilisée par les femmes pour la préparation du tô en pays Lobi, le dolo et le vin pour invoquer les esprits des ancêtres afin de contrer le terrorisme. «Si la parenté à plaisanterie existe réellement entre tous les rameaux Goin et tous les rameaux Lobi et  si un Lobi fils ou ressortissant de la région du Sud-ouest se joint pour quelque motif que ce soit, à un groupe terroriste pour s’attaquer aux populations, que lui, ses complices et autres subissent les conséquences selon les prescriptions de la loi de la parenté à plaisanterie. Que la foudre s’abatte sur lui et tous ses complices. Que l’eau du fleuve Poni et des autres fleuves, rivières et des barrages les emportent. Que la terre de Bafuji et autres autels des différents sites sacrés les abattent systématiquement».

Tel est le contenu du message de prestation de serment coutumier que le chef de canton a initié avec l’ensemble des différentes communautés vivant au Sud-ouest. Tout comme ce message du représentant des Goins à l’endroit de tous groupes ethniques du rameau, les Lobi aussi en ont fait pareil  vis-à-vis des Goins et à tour de rôle, les Mossi et les Samo, les Peulhs et les Bôbô, les Forgerons-Yadcé et les Peulhs, les Dafing-Marka et les Bwaba, les Bissa et les Gourounsis ainsi que les Gourmantchés et les Yadcé. Par cet acte, les différentes communautés ont aussi et surtout prêché des messages du vivre-ensemble, car disent-elles, le terrorisme qui n’a ni religion, ni appartenance ethnique ne doit pas être une source qui conduise les Burkinabè à des crises ethniques ou racistes.

Boukari Coulibaly, représentant de la grande famille goin, à l’issue de son message explique : «Je vis ici à Gaoua, ça fait plus de 49 ans. Je n’ai jamais vu une telle cérémonie qui appelle les différentes communautés à une union sacrée pour une cohabitation pacifique et combattre l’ennemi commun qu’est le terrorisme. J’invite tout le monde à mettre nos égaux et les barrières ethniques de côté au profit de l’amour du prochain. Que nos vœux de ce jour soient exaucés au bonheur de nos communautés». Même sentiment pour Aboubacar Diallo, porte-parole de la communauté Peulh qui dit beaucoup apprécier cette initiative du chef de canton. Pour lui, les échanges vont se poursuivre avec sa communauté pour qu’elle s’implique d’avantage et surtout pour qu’elle respecte la tradition qui vient de se dérouler ici à Gaoua. Dès l’entame de ce cérémonial, Wartité Palé, notable à la chefferie du canton de Gaoua dixit : «Depuis quelques années, plusieurs Burkinabè ont perdu la vie et de nombreuses personnes ont fuit leurs villages d’origine pour trouver refuge ailleurs. Tout ces actes sont dus à des hommes sans foi ni loi qui ont décidé, pour des motifs qu’eux seuls savent, de semer la terreur et compromettre notre vivre-ensemble.

A travers cet acte, nous prenons la terre de nos ancêtres à témoin. Que toute personne mal intentionnée qui vit dans le canton de Gaoua et qui décide de s’associer à ces forces du mal ou qui envisage un projet de déstabilisation de la paix…., puisse la terre de nos ancêtres régler son affaire».

Warhanté HIEN

Fermer le menu
consectetur ut Donec felis luctus dolor. ipsum risus commodo sem,