Rentrée scolaire 2020-2021 : Le G16 invite le gouvernement à en faire une année apaisée

Les responsables du regroupement syndical G16 était face à la presse le 08 septembre 2020 à la bourse du travail de Ouagadougou pour faire le point de leurs activités pendant la survenue de la Covid-19 et inviter le gouvernement à renforcer les structures en matériels de protection contre la maladie à la rentrée scolaire à venir.

Le G16 souhaite l’ouverture d’un dialogue avec toutes les organisations syndicales pour régler définitivement la question de l’IUTS

« La survenue de la maladie à Coronavirus au Burkina Faso a amené le regroupement syndical (G16) à réviser ses stratégies de lutte contre l’application de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents de la Fonction publique », nous apprend  son  porte parole, Anatole Zongo, par ailleurs secrétaire général du Syndicat nationale de l’enseignement secondaire et supérieur (SNESS). Cette décision pour lui visait à « participer à l’élan patriotique contre cette pandémie ». Ce qui a obligé à l’organisation à suspendre notamment son mouvement d’humeur à partir du 2 avril 2020 et de mieux activement contribuer à l’achèvement  de l’année scolaire 2019-2020 au niveau des classes d’examen. Ainsi, des félicitations ont été adressé aux acteurs de l’éducation qui ont travaillé pour la réussite des examens et concours de l’année académique 2019-2020 malgré le contexte difficile.

Pour la rentrée scolaire 2020-2021, au regard de la non-exécution de près de 30% des programmes des classes intermédiaires, le G16 invite le gouvernement à tout mettre en œuvre, surtout en matière de respect des mesures barrières afin que cette année scolaire soit une année apaisée. L’objectif est de faire en sorte que les lacunes créées par la fermeture prématurée des structures éducatives soient comblées. C’est pourquoi, il estime qu’il est plus que nécessaire pour  le gouvernement de renforcer les structures de matériels de protection contre la maladie en mettant à la disposition des structures éducatives et des acteurs des masques, du savon, des lave-mains dès la rentrée prochaine pour éviter que les “temples des savoirs” ne deviennent des pools de contamination de la maladie. Par ailleurs, compte tenu des préoccupations des travailleurs et des engagements non tenus et pour un climat social apaisé, le G16 invite le gouvernement à entre autres procéder à la correction de tous les avancements et bonifications d’échelon avec incidence financière « sans trop d’exigence » car ils sont des milliers d’agents qui ne peuvent présenter des notes pour être avancés en 2018 ou 2019 du fait de l’insécurité. De même le G16 invite à l’utilisation désormais des TIC pour la collecte et la transmission des notes afin de diligenter le traitement des avancements des travailleurs ; à adopter le statut particulier des personnels de la santé afin de résoudre le problème des carrières et à accélérer la mise en place de la fonction publique hospitalière.

En rappel, le G16 est un regroupement de 14 syndicats de l’éducation et de deux syndicats de la santé humaine ayant une lecture harmonisée de la situation sociopolitique et économique du Burkina Faso. Il est né suite à l’application unilatérale de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents de la fonction publique.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
Nullam lectus odio vulputate, consectetur sem, velit, ultricies et,