Cinéma dans la ville de Bobo-Dioulasso : L’association Kino Sya se bat pour le grand écran

L’association Kino Sya a organisé une cérémonie de restauration du cinéma Kino Kabaret International dans la nuit du samedi 20 février 2021, au centre culturel Aniké. L’objectif est de promouvoir le cinéma dans la ville de Bobo-Dioulasso.

Christiane Sanou/Coulibaly remet l’attestation à Batouri Drabo, élève à Kino Sya

Quarante jeunes ont été formés dans le domaine du cinéma à Bobo-Dioulasso. Durant dix jours, ils ont  appris le cadrage, le montage et beaucoup d’autres métiers dans le cinéma. Pour leur sortie, les formés ont pris le nom de  « Promotion Ildevert Méda » qui est un acteur bien connu dans le cinéma au Burkina Faso. Ce choix est porté sur lui pour lui rendre hommage. La cérémonie de Kino cabaret international s’est déroulée sous le thème «  Cinéma burkinabè, une opportunité entrepreneuriale pour la jeunesse ».

Les participants au cours de la cérémonie Kino Sya

Au cours de la cérémonie, une projection des films tournés par ces jeunes formés a eu lieu suivie des différents discours des officiels présents. Elle a été également marquée par des remises d’attestations aux élèves. Selon Ismaël Tall, encadreur cinématographique et pédagogue de Kino Sya, «l’objectif de cette initiative est de faire de Bobo une ville cinématographique au Burkina Faso. Il promet de mettre en place un laboratoire de développement cinématographique à Bobo ».

Christophe Kaboré, président de l’association Kino Sya

Pour Christophe Kaboré, président de l’association Kino Sya, « le bilan de ce projet est très positif car c’est durant dix jours seulement que nous avons pu produire ce travail. Nous remercions tous les formateurs et la coopération Suisse qui ont travaillé ensemble pour donner ces bons résultats ». « Nous demandons aux autorités de nous accompagner pour que nous puissions réaliser d’autres projets de ce genre. Ces jeunes ont besoin de soutien et de suivi pour devenir de grands acteurs du cinéma », a-t-il conclu.

La directrice régionale de la Culture, des Arts et du Tourisme des Hauts-Bassins, Christiane Sanou/Coulibaly se dit très émue face aux résultats produits par ces jeunes en seulement dix jours. « Nous félicitons l’association et nous encourageons ces jeunes acteurs pour qu’ils puissent se plaire dans le domaine de cinéma. Avec le nouveau ministre  de la Culture, je suis optimisme que les autorités auront un égard bienveillant à l’endroit des jeunes bobolais qui veulent faire avancer  le cinéma au Burkina Faso » a-t-elle rassuré.

Ben Alassane DAO

Fermer le menu
ante. massa ut consequat. porta. venenatis id quis, commodo Sed lectus