Cinéma : Les RECIS livrent leur contenu aux hommes de médias 

C’est à la maison de la culture, Mgr Anselme Titianma Sanon de Bobo que s’est tenue ce samedi 5 novembre 2022, la conférence de presse des Rencontres cinématographiques de Sya (RECIS).

Faire de la ville de Sya une vitrine du cinéma burkinabè et de la diaspora. Voici le slogan et l’objectif premier que Sounkalo Dao et ses camarades se sont assignés par l’organisation des Rencontres cinématographiques de Sya. Face aux hommes de médias, le message est clair ; parler de la tenue des RECIS et des activités au programme. « Le message fort c’est d’annoncer la tenue de ce festival et du contenu du programme, de la sélection et également de l’organisation de ce festival », explique Sounkalo Dao, président du comité d’organisation.

Ces RECIS qui sont à leur première édition se tiendront du 06 au 11 décembre 2022. Et placées sous le thème : « La production cinématographique dans un contexte d’insécurité ». Réussir cette première édition est pour Sounkalo Dao le signe de la résilience et de la ténacité du peuple burkinabé face à l’adversité qui lui est imposée par l’hydre terroriste. Au programme de cette première édition, des marchés du cinéma et des arts, des projections en salles, des projections en plein air, « Bobo, ville cinéma », des master-class et un colloque.

Pour ce qui est de la sélection des films, 102 films provenant de 35 pays et de trois continents à savoir l’Afrique, l’Europe et l’Amérique ont été enregistrés par le comité d’organisation. Et en tout, 22 films ont été retenus au compte du continent africain, 16 films de la diaspora et 08 clips vidéo essentiellement burkinabè. Ce qui est déplorable souligne un confrère journaliste, c’est que parmi les 08 clips retenus, il ne figure de clip d’aucun artiste bobolais. « Depuis le lancement d’appel à films, nous n’avons pas eu de propositions de clips venant de Bobo. Peut-être par manque d’information. Ou par le fait que certains ne pensaient pas qu’un festival de cinéma puisse permettre à des clips de passer. Pourtant, c’est cela la nouveauté chez nous », s’explique Sounkalo Dao.

Pour les films hors compétition, les projections se feront à la place de la mairie centrale de Bobo, la place Wara-Wara, l’hippodrome de Diarradougou, la place Tiéfo Amoro, le marché du secteur 25, le centre Siraba et l’Espace culturel Les Bambous. Notifie Sounkalo Dao. Avant de spécifier que la particularité de cette initiative est de rapprocher le film des populations.

Diakalia SIRI

Fatimata TRAORE/ Stagiaires

Fermer le menu
commodo odio tristique ut eget velit, dolor diam porta.