Commune de Bobo-Dioulasso : Dix millions pour soutenir les femmes

Le samedi 13 mars 2021, les délégations de coordinations provinciale et communales des femmes du Houet ont tenu une rencontre tête à tête avec le maire de la commune de Bobo-Dioulasso à la Chambre de commerce et d’industrie. L’objectif est d’échanger directement avec le maire sur les difficultés des femmes.

Oumou Zagré/Konaté, remettant le1er prix de l’art culinaire

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du projet de récompense et de dialogue direct avec le maire de la commune. Elle se tient pour la première fois. La cérémonie a été présidée par Bourahima Sanou, maire de la commune de Bobo-Dioulasso. Au cours de la rencontre, des attestations de reconnaissances ont été remises à certaines femmes. Des femmes ont été également récompensées suite à un concours d’art culinaire organisé dans la matinée du samedi 13 mars au Haut-commissariat. Chacune des gagnantes a reçu une enveloppe et une bouteille de gaz en fonction de son rang. Ensuite, les femmes ont pris la parole tour à tour par arrondissement, pour exprimer leurs problèmes et leurs besoins au maire.  Le maire a apporté des réponses aux différentes préoccupations des femmes. Il les a rassurées que la commune a arrêté un budget de 10.000.000 CFA  pour les femmes.

Le présidium de la cérémonie, Bourahima Sanou, maire de la commune (au milieu)

Selon Bourahima Sanou, « c’est une bonne initiative d’échanger avec les femmes sur leurs différentes préoccupations. En dehors de la célébration de 08-Mars, journée de la femme, que nous puissions échanger davantage aves les femmes sur leurs droits pour développer la commune. Nous avons dit que l’effectivité des droits de la femme dépend d’elle-même. En premier lieu, les femmes doivent s’organiser et cultiver la solidarité pour bénéficier de la politique de la commune à leur endroit. Nous voyons même certaines femmes qui ne peuvent pas payer la scolarité de leurs enfants, mais elles sont prêtent à dépenser pour les «Djandjo bâ ». Il faut  que nous y réfléchissions. A chaque « Djandjo bâ », on tue une entreprise inutilement. Nous allons prendre les femmes au sérieux pour qu’elles puissent avoir une bonne place dans le budget communal ».

Les femmes lors de la rencontre

Pour Oumou Zagré/Konaté, marraine de la cérémonie, « l’initiative d’échanger avec les femmes sur les difficultés est très bonne. Je remercie la coordination des femmes de m’avoir choisie comme marraine de cette cérémonie. Je demande à toutes les femmes de s’organiser et d’être solidaires pour que leur autonomisation soit réelle ».

Ben Alassane DAO

Fermer le menu
libero justo nec id Lorem elit.