Crise sécuritaire et humanitaire dans le Yagha : Les ressortissants lancent un SOS

L’Association des ressortissants du Yagha (ARY) a tenu un point de presse ce 5 juillet 2022 à Ouagadougou. L’objectif est de lancer un appel à une aide d’urgence à la province sous blocus depuis le 25 juin dernier.

Située dans la région du Sahel, la province du Yagha, avec pour chef-lieu Sebba, fait face actuellement à des actes de violences sans précédents. En effet, depuis le 25 juin dernier, des Hommes armés non identifiés (HANI) ont imposé un blocus sur la province. Selon le président de l’Association des ressortissants du Yagha, Amidou Diallo, l’axe principal Sebba-Dori est sous surveillance.

Et les voyageurs sont massacrés en fonction des convenances de ces HANI. Aussi, des mines artisanales sont posées sur la voie liant la province du Yagha à celle du Seno. La localité sous s’asphyxie. Suite aux menaces régulières sur les axes, les transporteurs n’osent plus emprunter la seule voie reliant Dori-Sebba pour approvisionner les commerces. Ce qui a entraîné une rupture des denrées alimentaires et des produits de première nécessité. Outre cela, les poteaux électriques ont été sabotés, empêchant les activités économiques et les ménages d’utiliser l’électricité.

Toujours selon le président de l’ARY, on note une absence d’eau courante par manque de ravitaillement en carburant. Dès lors, on assiste à une ruée des populations vers les mares et les quelques forages existants. Face à l’ampleur de la situation, les populations craignent de subir le même sort qu’à  Solhan ou à Seytenga si le gouvernement ne prend pas de mesures rapides. Aussi, les populations du Yagha sollicitent le gouvernement de tout mettre en œuvre pour faciliter l’envoie de convois humanitaires, sécuriser la route Dori-Sebba, rétablir les lignes téléphoniques ainsi que l’eau et l’électricité.

Elles interpellent les autorités à prendre des dispositions pour assurer la protection des populations et de leurs biens. Malheureusement avec l’arrivé de l’hivernage, la quasi-totalité des agriculteurs ne pourront pas cultiver cette année encore pour cause de terrorisme. Toutefois, le secrétaire général de l’association, Boureima Ly encourage les FDS et le VDP présents dans la province qui, malgré leurs efforts, peinent à repousser le terrorisme.

Awa Cécile BANGARE

Fermer le menu
in libero mattis suscipit Praesent justo Aliquam facilisis elementum et, commodo ultricies