Démission de Daniel Kablan Duncan : Et si c’était Alassane Ouattara le problème ?

Le vice-président de la Côte d’ivoire, Daniel Kablan Duncan, a remis sa démission depuis février à Alassane Ouattara, qui l’a finalement acceptée ce lundi 13 juillet (soit près de six mois après), a annoncé le Secrétaire général de la présidence, Patrick Achi. «Le vice-président Daniel Kablan Duncan a remis au président de la République sa démission (…) pour des raisons de convenances personnelles le 27 février (…). Après plusieurs entretiens dont le dernier a eu lieu le 7 juillet, le président Alassane Ouattara a pris acte et procédé le 8 juillet à la signature d’un décret mettant fin aux fonctions de M. Kablan Duncan (…),» affirme le communiqué lu par M. Achi.

Cette nouvelle démission vient après celle en mars 2020 de Marcel Amon Tanoh, ministre des Affaires étrangères et fidèle d’Alassane Ouattara. Auparavant, c’est Guillaume Soro qui a été contraint de libérer «le tabouret pour aller chercher le fauteuil» (comme il le disait lui-même au moment de sa démission du poste de président de l’Assemblée nationale). Mais que s’est t-il passé pour que l’ancien Premier ministre exclu des rangs du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) pour indiscipline et insubordination au moment des tensions entre le PDCI et le RHDP puisse abandonner son mentor en si bon chemin? Surtout au moment où le pays se prépare à organiser les obsèques Ahmadou Gon Coulibaly. Y a-t-il eu des mésententes ou des désaccords aussi profonds entre les deux hommes au sommet de l’Etatau point d’en arriver-là ? En attendant qu’Alassane Ouattara ou ses collaborateurs donnent leur version, certains observateurs de la scène politique ivoirienne pensent que l’ancien cadre du PDCI serait fatigué de subir trop de frustrations. Il a voulu tout simplement emboiter le pas à tous ceux qui ont démissionné avant lui. Toujours est-il que dans un communiqué de presse rendu public hier, juste après la signification de sa démission, il a indiqué qu’en «ces périodes de turbulences et de doute, je souhaite vivement que notre pays reste toujours une terre de justice, de paix et de progrès».

Daniel Kablan Duncan, avait quitté le PDCI/RDA et avait créé le PDCI-renaissance qu’il estime dans son communiqué de presse «que sa création a été faite dans le but de servir de courroie de transmission, de lien entre tous les citoyens de notre cher pays et notamment entre ceux qui partagent l’idéal et les valeurs de Dialogue, d’Union, de Justice, de Paix et de Progrès du Père Fondateur de la Côte d’ivoire moderne, le Président Félix Houphouët-Boigny». Ce qui sous-entend qu’au RHDP, Duncan n’a pas de bonne placesi bien qu’il préfère aller lui aussi chercher une, meilleure. A dire que si Alassane n’a pas de problème avec les autres, il doit s’interroger car les autres ont des problèmes avec lui.

Ousmane TRAORE

Fermer le menu
venenatis ultricies felis mattis Aenean at