Ecrire au féminin 2020 : Des femmes formées en écriture de scenarios de courts métrages

Du 30 novembre au 12 décembre 2020 se tient à Ouagadougou la 2ème  édition du projet Ecrire au féminin. Organisé par l’Association Taafé Vision et financée par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), ce projet vise à former des femmes en écriture de scénarios de courts métrages.

Photo de famille des participants et formateurs

« Femmes et vivre ensemble », c’est sous ce thème que se tient la deuxième édition du projet Ecrire au féminin. Selon Azaratou Bancé, chargée de production au film  du dromadaire et présidente de l’Association Taafé Vision, il est question de lancer un appel à projets de courts métrages de femmes et en sélectionner dix en vue de les former à la technique d’écriture de cours métrage. Ainsi donc, dans la semaine du 30 novembre au 04 décembre, les participants ont bénéficié d’un cours intensif dispensé par Charles Auguste Koutou, professeur scénariste réalisateur et Axel Guyot, scénariste et producteur. Toujours selon Azaratou Bancé, cette formation a concerné les dix femmes lauréates de l’appel à projets auxquelles se sont ajoutés les étudiants et comédiens de web vidéo “Ouaga est riské”. À l’en croire, la formation se poursuivra la semaine prochaine (NDLR : du 07 au 13 décembre) avec le coaching des dix scenarios et une formation en technique de pitch. Elle se clôturera le 12 décembre prochain par une séance publique de pitch des 10 scenarios de courts métrages prêts à tourner. « Les femmes scénaristes auront deux semaines pour déposer à l’association une copie de leur scenario prêt à tourner », a-t-elle laissé entendre. Taafé vision qui signifie littéralement « Vision de femmes » est une association qui existe officiellement depuis janvier 2017. Elle a pour objectif principal de militer pour une représentativité significative de la femme dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle. Apolitique, laïque et à but non lucratif, elle est présidée par une professionnelle du cinéma et œuvre à la valorisation socioéconomique et culturelle de la femme à travers le cinéma et l’audiovisuel. Elle entend entre autres, répertorier et créer une banque de films produits par les femmes et des hommes pour la promotion du genre , renforcer les capacités professionnelles des femmes dans le domaine de la production, distribution et exploitation des films. Cette structure mène entre autres activités, la formation aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel, la promotion du cinéma au féminin, l’appui conseil en production cinématographique et la production de contenus pour la web TV de l’association. Ses  principales réalisations sont entre autres  « Femmes actives » réalisation de 14 portraits de femmes entrepreneures au profit de Burkina Business Incubator et du Fonds commun genre.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
eget porta. Praesent Lorem suscipit sem, ultricies felis Sed pulvinar