Election présidentielle : Kadré promet de ramener la sécurité au Centre- Nord

Le candidat du mouvement Agir ensemble, Kadré Désiré Ouédraogo était le 10 novembre 2020 à Pouytenga, dans la région du Centre-Est dans le cadre de la campagne présidentielle. Aux militants et sympathisants du parti, le prince de Boussouma les a promis la prise en compte de leurs préoccupations afin d’apporter des réponses immédiates.

Les populations du Centre-Est promettent de conduire KDO à Kosyam

C’est sous des acclamations bien nourries et des pas de danses des militants et sympathisants que le candidat du mouvement Agir ensemble, Kadré désiré a été reçu à Pouytenga dans le Centre-Est ou s’est tenu le meeting. Aux populations du Centre-Est, le candidat affectueusement appelé « KDO » a indiqué qu’il est conscient de leurs réalités parmi lesquelles l’insécurité, l’éducation, la santé. Il a ajouté que la culture occupe une place importante dans son projet de société ; parce qu’elle est le fondement de l’identité d’une nation. Il prévoit à cet effet la création d’une académie et une bibliothèque des beaux arts. Kadré compte aussi encourager la consommation locale et inscrire les langues nationales dans le programme éducatif. Il a rassuré les militants qu’une fois élu président, des stratégies seront mises en place pour résoudre ces difficultés. Il faut le dire, avant ce meeting, le prince de Boussouma a marqué une halte à Forgy et à Pibaoré.  Des localités situées dans le Samentenga où une foule de militants l’attendait. Il s’est également rendu à Boulsa, localité située dans le Centre-Nord où il a tenu une assemblée générale. Dans cette commune, c’est un accueil triomphal qui a été réservé au candidat. Avec ses militants et sympathisants, Kadré Désiré Ouédraogo a  échangé sur les maux qui minent le pays des Hommes intègres. Tour à tour, des représentants des militants ont pris la parole pour lui exposé leurs préoccupations. Lesquelles préoccupations sont entres autres l’insécurité qui réduit les activités dans la zone, le chômage, le manque d’infrastructures routières. Quant aux femmes, elles demandent un accompagnement en matière de formations  et du matériel pour mener à bien leurs activités. C’est avec une oreille attentive que le prince de Boussouma a écouté les militants. Prenant la parole à son tour, Il leur a rappelé que ces préoccupations sont prises en compte dans son programme de société. Séance tenante, il les a grièvement présenté son projet présidentiel.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
nec Lorem massa commodo dapibus pulvinar risus. in