Elections : Do Pascal Sessouma promet une justice plus propre

Comme ses adversaires, Do Pascal Sessouma est candidat à l’élection présidentielle du 22 novembre 2020. Situation sécuritaire, reforme de l’administration, (…), le candidat de Vision Burkina-Parti Pacifiste a une vision pour le Burkina Faso à l’horizon 2025 qu’il compte mettre à exécution une fois au pouvoir. Lisez !

Do Pascal Sessouma, président de Vision Burkina-Parti Pacifiste

Une bonne situation sécuritaire sur toute l’étendue du territoire national afin d’ouvrir l’ère du pacifisme, la reconnaissance de la chefferie coutumière, la sécurité alimentaire, l’éducation, les infrastructures routières, l’assainissement, (…) sont entres autres, les ambitions que Do Pascal Sessouma nourrit pour le développement du Burkina Faso. Pour les réaliser, il compte sur la confiance de la population afin d’être élu président du Faso à l’issue de l’élection présidentielle du 22 novembre 2020. Répertoriés en des engagements au nombre de sept. Pour Vision Burkina-Parti Pacifiste la paix est la base de tout développement. C’est pourquoi, tout en considérant que tout est priorité en matière de développement, le parti compte mettre en œuvre son programme de restauration de la paix avant d’attaquer les autres axes. Toute chose qui permettra selon le parti de faire la connexion avec les autres projets de développement dont la redistribution des terres aux militaires démobilisés qui voudront se lancer dans la production agricole. Les réalisations de chaque région seront prises en compte à travers des projets adaptés aux besoins. C’est pourquoi, des ouvrages hydro agricoles  seront réalisés dans le Sahel et les zones arides du Burkina. L’administration à en croire Do Pascal Sessouma ne sera pas en reste dans le projet de développement. Par sa reforme, vision-Burkina envisage la responsabilisation et la conscientisation des travailleurs de la fonction publique pour booter les actes d’incivisme au sein de l’administration publique et dans la société.

« Nous rêvons d’un Burkina où les jeunes retrouveront le goût de l’effort et du travail, et où des perspectives de formation s’élargiront à d’autres horizons comme le Canada, les Etats-Unis, l’Angleterre, l’Australie. Voilà les nouveaux pôles de formation dont les portes s’ouvriront pour nos jeunes. Oui, sous VISION BURKINA, la Francophonie se conjuguera aussi avec d’autres langues dont l’anglais, en signe d’ouverture sur le monde. Elèves et étudiants burkinabè, bientôt, non seulement vous serez plus nombreux au Canada et aux Etats-Unis, mais vous irez poursuivre vos études en Angleterre et en Australie aussi. J’en prends l’engagement, car je sais comment on fait», dit-il.

Linda GUEYE/ Stagiaire

 

Fermer le menu
accumsan diam libero. consequat. elementum fringilla efficitur. Aliquam justo libero luctus felis