Fait de chez nous : Après trois avortements, elle « cherche » en vain un enfant

Mami est de plus en plus désespérée. Plus elle avance en âge, elle perd tout espoir d’avoir ne serait-ce qu’un enfant. Elle est de plus en plus persuadée que son cas est une sanction divine. Croyante et pratiquante de sa religion d’appartenance, Mami est passée par plusieurs prières pour avoir la clémence divine. Mais rien jusqu’à ce jour !

Des sacrifices faits par Mami et ceux de ses proches et parents pour que vienne cet enfant tant souhaité, n’ont pas eu d’effet. Si certains des proches de Mami ignorent son passé juvénile, d’autres, surtout ses camarades filles d’enfance savent bien ce qui s’est passé. Peut-être une sanction divine, pour que son cas serve d’école à des filles ! Seul Dieu sait pourquoi Mami n’arrive pas à avoir la moindre grossesse.

Mami est mariée il y a plus de onze ans. Ses deux coépouses ont toutes connu la maternité. Mais rien pour Mami. Toute jeune, 15 à 16 ans Mami a eu sa première grossesse. Avec l’aide de sa maman, elle fait couler le fœtus. Trois ans après, soit à l’âge de 19 ans elle fait de nouveau un avortement. Mami est contrainte de faire son troisième avortement quand son fiancé, aujourd’hui son mari l’a dotée. Elle ne devait en aucun cas laisser cette grossesse tout gâcher.

L’avortement est donc justifié pour elle et sa complice de mère. La grossesse est vite coulée pour que Mami soit épouse de son fiancé économiquement assis. Et le mariage est célébré de façon grandiose ! Toute la région des deux mariés eut écho du mariage. « La nuit à beau être longue, le jour finit toujours par se lever », dit-on. C’est ainsi que les avortements clandestinement faits par Mami, sont connus de plusieurs personnes y compris son mari à cause du manque de maternité. Surtout que ses coépouses n’avaient pas du mal à être enceintes.

Dépassée par sa situation, Mami se confie à son époux. Elle n’en pouvait plus. Mieux, elle s’est dite que seule une confession pourrait calmer bon Dieu afin qu’il ait pitié d’elle. Malheureusement, la confession n’a pas eu l’effet escompté. En tout cas, pas avant que vous ne parcouriez ces lignes sur l’histoire de Mami.

Son mari, un fervent pratiquant de sa religion, a rassuré Mami de l’avoir pardonnée. Mais bien avant, il a fait comprendre à son épouse d’avoir provoquer la colère de bon Dieu. C’est pourquoi le mari l’a invitée à prier bon Dieu qui est le maître absolu. Pour lui, Dieu a toujours pardonné à ses enfants qui reconnaissent leur tort et se confient sincèrement à Dieu lui-même.

Mami n’est pas en reste. Elle prie jour et nuit, avec le seul vœu d’avoir ne serait-ce qu’un enfant. Alors, toi jeune fille qui se plait à faire des avortements, retient une graine de cette histoire. Tu peux clandestinement réussir plusieurs avortements. Mais jamais, tu ne le feras à l’insu du maître suprême qui est bon Dieu.

Souro DAO/ daosouro@yahoo.fr/l’Express du Faso

Fermer le menu
eleifend consectetur Praesent ut ultricies venenatis, vel, eget