Enseignements Post-Primaire et Secondaire du Tuy : « L’orpaillage a eu un impact sur le rendement scolaire »

Après des résultats peu fameux du BEPC dans la province du Tuy, nous avons rencontré Sankara Haté, directeur provincial des enseignements post-primaire et secondaire du Tuy, le vendredi 09 juillet 2021. Il s’explique sur le déroulement et les résultats du BEPC dans la province.

Selon le DP Sankara Haté, tout s’est bien passé au niveau de la préparation et du déroulement du BEPC 2021 dans la province du Tuy. Pas d’incident majeur, rien a entaché le déroulement des épreuves sportives et écrites. «Du point de vue des résultats, au premier tour la province a eu 15,94% de succès et le total avec le second tour fait 23,43%. C’est faible. C’est un taux en baisse, même au niveau national», a dit le DP secondaire.

Pour lui, ces résultats ne sont pas bons pour la province, parce que d’habitude la province enregistre un taux plus élevé que les autres provinces de la région. Au niveau du rendement, il y a beaucoup de facteurs. Mais cette année, c’est particulier. L’année dernière, la Covid-19 a perturbé le domaine scolaire, il y a eu une partie du programme non exécutée. Le ministre avait demandé aux établissements de faire des efforts pour l’achèvement du programme, ce qui n’a pas été le cas partout.

Il faut reconnaître qu’au niveau de la province du Tuy, il y a un constat désagréable, notamment l’impact de l’orpaillage sur l’école. «On avait 4535 inscrits, mais il y a jusqu’à 135 absents. Il y a un désintérêt pour l’école. Les élèves abandonnent les classes pour aller chercher l’or, car pour eux, ceux qui y vont reviennent avec des motos, de l’argent. Cela  démotive les autres», a martelé le DP secondaire avant d’insister : «Il y a ceux qui sont en classe, mais l’esprit se trouve sur les sites d’orpaillages.

Les absences concernent surtout les garçons. Par exemples, il y a 2218 garçons contre 2 317 filles. Le plus souvent, ce sont les garçons, mais en 3ème il y a plus de filles que garçons».

Le DP secondaire interpelle les parents d’élèves

Il faut que les parents d’élèves s’impliquent dans l’éducation des enfants, car dans les classes il y a plus d’élèves, alors que chaque parent n’a que deux ou trois enfants. Ils peuvent mettre plus de pression sur eux à la maison. Quand on prend les questions d’orpaillage, il y a certains parents qui sont complices parce que leurs enfants envoient de l’argent.

N’est-il pas mieux de continuer l’école et devenir ingénieur des mines que d’aller sur les sites d’orpaillages pour devenir ouvrier de celui qui a accepter étudier dans le domaine minier. Au niveau des élèves, il y a les manifestations.

Khepa TRAORE/Houndé

Fermer le menu
sit sem, dolor ultricies efficitur. venenatis,