Fait de chez nous : Les faux parents du défunt

Julien est un aventureux qui, dès l’âge de 15 ans, quitte son village natal pour la grande ville. Quelques années passées sans retourner voir ses parents, il décide d’aller en aventure dans un pays voisin du sien. Après plusieurs jours de trajet avant de traverser les frontières, Julien va se sédentariser dans un campement de son nouveau pays d’accueil où il passe tout le reste de sa vie. Courageux et travailleur infatigable, Julien se fait une fortune conséquente dans cette localité, cependant il adopte une vie malsaine.

Dans toute la contrée, Julien est identifié avec le nom «Etranger» par tous les habitants, hommes comme femmes, vieux comme enfants. Il embrasse une vie de débauche et s’adonne aux boissons frelatées qui finissent par le ruiner. Une fois anéanti par ce mode de vie qu’il a délibérément choisi, Julien devient la risée du coin et plus personne ne le prend au sérieux. A cause de sa stupidité, Julien n’a jamais cogité de fonder un foyer afin d’avoir une famille. Et malheureusement, il ne jouit d’aucun avantage de progéniture.

Depuis son installation dans cette localité, ce pauvre voyageur n’est plus revenu dans son village et personne de ses parents proches ne lui a jamais rendu visite. Du libertinage absolu qui a pourtant des conséquences chaotiques. Plusieurs années sont passées et sa famille biologique n’a aucune nouvelle le concernant. Celle-ci après renseignement sur renseignement, apprend que Julien est installé dans un campement d’un pays voisin, où il a été repéré par des parents du même village qui étaient une fois de passage dans cette localité. Comme si c’était par intuition que la famille a décidé d’aller à sa recherche, puisque Julien est déjà malade gravement. Inopinément, il meurt sans que sa famille biologique ne puisse rentrer en contact avec lui.

Par solidarité, les habitants du campement enterrent Julien sans obsèques, car personne n’a jamais vu un seul membre de sa famille. Les jours suivants son décès, deux personnes se présentent dans le campement se faisant passer pour des parents du défunt Julien. Quelques sages se retrouvent et rassemblent le peu de biens appartenant au regretté pour les remettre à ces escrocs qui sont partis sans laisser de traces. Selon un proverbe indien «La volonté d’un homme est son paradis, mais elle peut devenir son enfer». Comme quoi voler les biens d’un mort n’est pas sans conséquences néfastes.

Un mois après, la vraie famille de Julien délègue un de leurs fils pour aller chercher Julien. Certes cet émissaire arrive à la bonne destination, mais au mauvais moment puisqu’il est informé du décès de Julien et que même ses «parents» sont venus chercher ses bagages pour retourner dans son pays. Abasourdi, il demande à voir la tombe de Julien et c’est au milieu d’un grand buisson que la tombe lui a été dévoilée. N’ayant rien trouvé du défunt, c’est la terre de la tombe que le représentant de la famille a ramassé pour ramener au village afin de procéder à des funérailles dignes de ce nom. Cette histoire a attristé tout le village car beaucoup espéraient un jour assister au retour de celui qu’ils n’ont connu physiquement, que par de nom.

Siaka SANON

Fermer le menu
dapibus libero ante. facilisis mattis risus.